Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

Caricatures de la discorde : une affaire parmi d'autres

Rédigé par M. Abioui | Lundi 20 Février 2006

L'affaire des caricatures du prophète (Paix & Salut sur lui jusqu'au jour du jugement dernier) est loin d'être un fait isolé. Si c'est un épiphénomène pour les non musulmans, il est un phénomène majeur pour les musulmans.



Cette atteinte inconsciemment impardonnable même en y mettant toute la bonne volonté du monde, a touché en profondeur l'affectif collectif de toute une nation et restera pour toujours la marque indélébile qui sera associée par toute la nation musulmane à l'intolérance de la démocratie et la bêtise de l'Occident. Les deux (Occident et démocratie) sous couvert de liberté de presse, cette nouvelle divinité qui hésite et rougit quant à l'extermination d'un peuple, hésite à donner son nom à la présence des USA en Iraq, Afghanistan, … mais se coalise pour dénigrer à tort l'homme parfait qui est l'Envoyé de Dieu (Paix & Salut sur lui jusqu'au jour du jugement dernier), décédé il y a presque 14 siècles !

Cette affaire est, au-delà de toute considération partisane, une problématique complexe et ramifiée que je souhaite résumer comme étant : récurrente et vitale.

Une affaire récurrente

Récurrente car bien souvent elle revêt plusieurs visages et n'est point isolée. En fait, ces caricatures du Prophète (Paix & salut sur lui jusqu'au jour du jugement dernier) au même titre que les sévices de la prison d'Abu Graib, la profanation de la mosquée Al Aqssa, les attaques et guerres dans le monde musulman, l'interdiction du voile en France, la suppression de l'enseignement de l'Arabe en Hollande, le contrôle de la bienfaisance et des dons à titre caritative au Moyen Orient, la dite guerre contre le terrorisme à laquelle les USA ont voté, il y a à peine quelques jours, plus de 54 milliards de dollars, la vague déferlante d'appels à la démocratie dans le monde musulman, cette nouvelle religion, les pressions sur l'Iran, la Syrie, le boycott du Hamas, etc.

Affaire récurrente, en fait, car c'est une bataille dans la nouvelle guerre que l'Occident Chrétieno-démocrartique a déclaré l'Orient musulman après la défaite du bloc soviétique. Pour l'Occident, le monde musulman est considéré à tort comme le dernier rempart à l'hégémonie des régimes d'Occident. Faux calculs qui épuiseront l'Occident vieillissant et régressive. Les nouveaux puissants de demain (la Chine, l'Inde et sa région) se profilent déjà dans les espaces économiques ouverts, font tomber les obstacles dressés par l'Occident et gagnent du terrain à chaque confrontation. Ils ne feront alliance avec aucune nation.

La question qui se pose ou plutôt le défi, car ce genre de fait se renouvellera et est loin d'être fini, c'est que les musulmans doivent se munir de structures légales, et d'observatoires compétents pour avorter dans l'oeuf ce genre de dénigrements ou d'actions de tout genre. Il va de soi que tout le monde doit s'unir dans ce sens, musulmans et non musulmans. Cela aidera à un meilleur rapprochement des cultures. Cela facilitera le dialogue des cultures, et établira non seulement une meilleure communication entre les peuples, mais aussi, évitera des extrémismes préjudiciables aux deux côtés.

Une question vitale

Vitale car cet acte est en soi un traumatisme collectif qui ne sera lavé que par un acte collectif et je crains le pire car il y a des volontés et des esprits qui ne demandent que l'étincelle haineuse pour s'exprimer de même. Les actes de barbarie perpétrés dans les prisons d'Abu Ghraib se veulent contre toute une nation : les musulmans. D'où la profanation de l'Islam et de ses sacrés, et ces actes ne peuvent être compris que si l'on prend en considération le traumatisme collectif des attaques du 11 septembre. Cela ne justifie ni l'un ni l'autre, mais cela explique qu'impliquer collectivement une nation ou un peuple dans la joie (rare à notre époque) ou dans la peine (malheureusement plus courant) aura des retombées collectives.

De part et d'autres, des actes si mineurs soient-ils, mais impliquant l'inconscient collectif, auront, à court et à long terme, souvent des retombées incalculables et néfastes. Et malheureusement, bien des décisions politiques en Occident n'échappent point à cette règle de représailles inconscientes de l'Islam par des chefs d'Etat ou par des parlements. Les tenants des discours de haine trouveront chez les deux camps un nouvel argument pour pousser plus loin leur logique meurtrière. Ceci pose pour la première fois certainement dans l'Histoire moderne une limite majeure à la liberté de la presse : celle de la déontologie de la presse.

Bien souvent sous couvert de la liberté de la presse, et pour vendre du papier et de la pub, on provoque, on s'attaque à des peuples tout entier, à des cultures millénaires jetant l'opprobre sur l'autres et justifiant la haine et le déchirement entre les peuples qui pourront mener aux conséquences les plus néfastes. Une nouvelle déontologie de la presse doit non seulement observer la vérité qui est loin de l'être dans ce cas précis, mais aussi les retombées et l'utilité de certaines informations. Et on peut se demander quand viendra le jour où les deux parties chercheront à utiliser les moyens de communications et de liberté qui sont mis à leur disposition par les nouvelles technologies pour unir les peuples et dépasser les clivages ? Quand verra-t-on une chaîne de télévision occidentale envoyant un message d'amour et montrer le bon côté (compréhensible ou non par les occidentaux) de l'Islam ? Ce sera là un formidable acte de courage et un coup de maître en matière de communication qui aura certainement des retombées inimaginables que les « communications de la haine » et de marcher dans le sens du troupeau qui finit toujours, comme chacun le sait, au fond du ravin. Quand pourra-t-on faire l'éloge de la différence et montrer par des faits le respect de l'autre ?

Grande est ma tristesse

Pour ma part, je rêve, comme disait Martin Luther King, à un monde où chacun peut cultiver sa différence en toute quiétude et respect. Où personne ne viendra gâcher la joie d'un père de famille en le traitant de barbare devant ses enfants car il égorge un mouton pour fêter religieusement l'Aïd, où le voile tout comme la kippa seront considérés comme une façon de vivre pas plus choquante que le piercing ou des cheveux bleus, à laisser de côté certains sujets comme les caricatures du Prophète (Paix & Salut sur lui jusqu'au jour du jugement dernier) ou les dessins comiques sur les fours crématoires des juifs pendant la deuxième guerre mondiale…

Je sais que cela est possible si chacun y met du sien en commençant par moi, et en cela je ne transgresse aucune loi religieuse et au contraire je me conforme à ce que notre prophète (Paix & Salut sur Lui jusqu'au jour du jugement dernier) nous a enseigné dans bien des Hadiths, et pour ne pas être accusé de propagande ou de parti pris ou de prêche, je n'ajoute rien d'autre, et je dis simplement que l'état de tristesse dans lequel cette nouvelle atteinte à l'image du Prophète (Paix & Salut sur Lui jusqu'au jour du jugement dernier) m'a plongé est grand et que même si j'essaye d'oublier, mon coeur refuse, et l'image du Danemark et d'autres pays s'est assombrie, peut-être à jamais dans mon coeur.