Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Blois : un imam fait condamner son ancienne mosquée

Rédigé par La Rédaction | Mardi 18 Novembre 2014



Marwan Mohammad Aref Altahaineh, un imam de Blois qui estimait avoir été victime d’un licenciement abusif en septembre 2012, a finalement eu gain de cause. Le conseil de prud’hommes de Blois a condamné, lundi 17 novembre, l’association Vivre ensemble, qui gère la mosquée où officiait l’imam, à lui verser 5 000 euros, dont 3 000 euros de dommages et intérêts.

L’association, présidée par Mohamed Mazghi, assurait avoir licencié l'imam pour insuffisances professionnelles et fautes. Elle lui reprochait notamment son incapacité à réciter par cœur le Coran, des absences au moment des prières, des retards dans la transmission des prêches à traduire ou encore le non-accompagnement des enfants à la sortie des cours, rapporte La Nouvelle République. Marwan Mohammad Aref Altahaineh s’était aussi rendu coupable d’avoir semé la discorde dans l’association, selon cette dernière.

La version des faits avancée par l’avocat de l’imam de nationalité jordanienne, et validée par le conseil des prud’hommes, est bien différente. Me Mortelette a expliqué que le licenciement était survenu après que le roi du Maroc, Mohammed VI, ait fait don de 787 000 euros pour la construction de la nouvelle mosquée. La contrepartie à ce « coup de pouce » était l’arrivée d’un imam marocain.

Au moment des faits, un groupe de musulmans blésois qui se disait écarté du projet, accusait l’association Vivre ensemble de « discrimination et de communautarisme » et dénonçait la confiscation des pouvoirs de l’association par « les Marocains ». Ces musulmans avaient également dénoncé le licenciement abusif de l’imam.

Lire aussi :
Mosquée de Blois : l’association « Vivre ensemble » accusée de communautarisme
Mosquée de Blois : le roi du Maroc signe un chèque de 787 000 euros