Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Beaune : les auteurs présumés de la fusillade arrêtés, le mobile raciste retenu

Rédigé par Benjamin Andria | Samedi 11 Août 2018



Beaune : les auteurs présumés de la fusillade arrêtés, le mobile raciste retenu
Dix jours après la fusillade à Beaune (Côte d’Or), deux individus, soupçonnés d’être à l’origine des tirs qui ont blessé sept jeunes, ont été interpellés dans le Var et placés en garde à vue, a annoncé le parquet de Dijon dans un communiqué vendredi 10 août.

« De très importants moyens techniques et humains ont été mis en œuvre. Jusqu’à une quarantaine de policiers et une vingtaine de gendarmes ont ainsi été mobilisés » pour identifier les auteurs de la fusillade. « Leur localisation s'est avérée difficile, ceux-ci étant très mobiles sur le territoire national », a précisé le parquet.

Lors de l’interpellation, un fonctionnaire de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) de Marseille a été blessé après que le second suspect, qui était à bord d’une voiture, ait décidé de s’échapper en fonçant délibérément sur eux, blessant à la jambe un fonctionnaire de la BRI de Marseille.

« Poursuivi, il abandonnait sa voiture et se réfugiait dans une forêt voisine. Avec l’appui d’une équipe cynophile et d’un hélicoptère de la gendarmerie, il pouvait finalement être interpellé à Saint-Andiol à 19h45 », indique-t-on.

Après que le parquet ait refusé de confirmer la piste raciste, le mobile raciste est enfin retenu contre les deux individus, qui sont accusés de « tentative d'assassinat, violences aggravées par trois circonstances notamment la circonstance que les faits ont été commis en raison de l'appartenance à une soit-disant race, religion ou ethnie, réelle ou supposée, injures publiques à caractère racial, menaces de mort à caractère racial ». Ils sont également été mis en garde à vue pour « tentative d’homicide volontaire sur personne dépositaire de la force publique ».

Quelques 150 personnes se sont rassemblées à Beaune, dans le quartier où se sont déroulés les faits, en soutien aux victimes de la fusillade. Pour SOS Racisme qui a soutenu le rassemblement, « ces faits sont inadmissibles et ne sauraient être renvoyés à un règlement de compte que rien à ce stade de l’enquête ne vient d’ailleurs attester, en dehors d’une approche fondée sur les clichés touchant les jeunes des quartiers populaires ».

Mise à jour dimanche 12 août : Les auteurs présumés de la fusillade, déjà connus de la justice pour des « faits de vols et de violences », ont été mis en examen et écroués à Dijon.

Lire aussi :
Beaune : des jeunes blessés lors d'une fusillade dénoncent un acte raciste