Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Au Bangladesh pour aider les Rohingyas, un humanitaire en prison

Rédigé par La Rédaction | Lundi 28 Décembre 2015



Moussa Ibn Yacoub, membre de BarakaCity, est emprisonné au Bengladesh depuis le 22 décembre. Ici, une de ses dernières photos prises aux côtés de jeunes Rohingyas.
Moussa Ibn Yacoub, membre de BarakaCity, est emprisonné au Bengladesh depuis le 22 décembre. Ici, une de ses dernières photos prises aux côtés de jeunes Rohingyas.
#FreeMoussa, un hashtag synonyme de mobilisation en faveur de Moussa Ibn Yacoub. Ce membre de l’association humanitaire BarakaCity est emprisonné au Bengladesh depuis le 22 décembre.

De son vrai nom Puemo Tchantchuing, le jeune homme était présent dans le pays pour apporter son aide aux Rohingyas, minorité musulmane apatride, aussi bien persécutée en Birmanie que dans la plupart des pays voisins.

Moussa, accusé d’« activités suspectes », risque jusqu'à 10 ans de prison. Les autorités lui reprochent de ne pas avoir déclaré son association auprès du gouvernement et d’avoir utilisé une fausse identité en se présentant sous son nom adopté lors de sa conversion plutôt que son nom officiel. « Les Rohingyas sont considérés comme illégaux, cela explique l'impossibilité de légaliser notre présence », s'est justifié BarakaCity.

Il serait incarcéré dans la prison de Cox's Bazar, dans le sud du pays, à près de 450 km de route de la capitale, Dacca. Selon l’association, les conditions de sa détention sont « catastrophiques et inquiétantes puisqu'il est maintenu dans une cellule avec 40 co-détenus, incarcérés pour des petits et grands délits ».

A ce jour, plus de 140 000 signatures ont été collectées dans une pétition en ligne lancée par BarakaCity. Le Quai d'Orsay assure suivre cette affaire et que « les protections consulaires habituelles ont été mises en œuvre » pour le ressortissant français.





Loading