Connectez-vous S'inscrire






Psycho

Assia : « Je n'ai plus goût à la vie »

Rédigé par Lalla Chams En Nour | Mercredi 20 Mars 2019



Assia : « Je n'ai plus goût à la vie »
Je suis mariée avec un enfant et mon mari et moi-même avons tous les deux une activité professionnelle.

Mon problème, c'est que je n'ai plus goût en la vie et n'apprécie aucun moment où que je sois mais j'essaie de m'accrocher à ma religion, l'islam, al hamdoulilah.

Je vis actuellement chez ma belle-famille, avec mon mari et ma fille. Les relations se passent plus ou moins bien, ce qui est normal, je pense, car nous avons tous des caractères différents et nous devons faire des concessions dans la vie.

Mon mari a fait une erreur et a parlé à son ex-copine. Il a l'air d'avoir regretté mais, depuis ce jour, je ne fais plus rien. Les projets en cours ne sont plus un plaisir. Je doute de mes sentiments envers mon mari et je passe mes journées à me demander si je l'aime ou pas. Le problème, c'est que je ne sais plus ce que veut dire aimer. Je ne ressens rien, je suis vidée et très fatiguée.

Avec mon mari, je suis passée par un état de jalousie extrême, une dépendance énorme à en vomir par peur de le perdre. Comme si c'était un échec. Je n'éprouve aucune sérénité, mon cerveau réfléchit H24.

Mais, paradoxalement, je me demande si je ne suis pas simplement heureuse. On m'a souvent dit que je ne suis pas du genre à supporter la routine et, pour moi, la vie amoureuse, c'est ce qui me motive dans tous les domaines.

Je suis dure avec moi-même, je n'arrive pas à me pardonner et je trouve ça dommage.

Je suis beaucoup trop en demande d’amour et je n'ai pas la force de me battre. Pour moi, l'amour doit être présent et ce n'est pas un travail à faire pour l'avoir. Surtout, j'attends qu'un miracle se passe.

Je vous envoie ce courrier qui n'est pas structuré mais c'est dur de mettre des mots sur des émotions qu'on ne connaît pas…

Lalla Chams en Nour, psychanalyste

Chère Assia,

Oui, Assia, c'est dur de mettre des mots sur certaines émotions, mais bravo car vous avez fait cet effort et je pense que cela vous a déjà fait du bien. C'est le problème avec les émotions. Quand on est enfant, dans la même situation que vous, que personne ne nous aide à nommer nos émotions, parfois tellement fortes.., c'est le lit de ce qu'on appelle les névroses. Les émotions mal digérées font leur chemin silencieux en nous et guident nos choix sans que nous nous en apercevions. Donc, il est essentiel de réussir à nommer ce que l'on éprouve.

Vous présentez certains signes de bonne déprime : plus de goût à rien, sentiment de trahison, découverte de votre dépendance affective. Ce qui m'étonne, c'est qu'à vous lire votre mari aurait seulement parlé à son ex-copine. Y a-t-il eu davantage en terme de trahison?

Peut-être faut-il d'abord se poser la question première : y a-t-il eu dans votre comportement des raisons pour que votre mari ait envie de revenir en arrière, ait eu des doutes ? C'est toujours efficace de commencer par se remettre en cause. Si non, avez-vous seulement essayé de comprendre ce qu'il a voulu faire en reprenant contact ?

Si vous êtes jalouse, si vous êtes dépendante, si vous êtes déprimée, si vous doutez de vous, de lui et si, comme vous dites, vous « réfléchissez » H24, dites-vous que vous allez tourner en rond jusqu'à nourrir vos symptômes. Ce serait profitable de vous faire aider par un tiers, prendre du recul, pour sortir de ce cercle vicieux.

L'amour, c'est être capable d'aimer l'autre autant que soi-même. Et cela ne va pas de soi, cela se conquiert. L'amour, cela demande une certaine maturité, humilité, générosité. Cela se cultive, se soigne, se respecte. Et chacun de nous en est capable, car nous avons tous reçu en dépôt, cette capacité d'aimer.

Je vous souhaite d'en faire la découverte par vous-même.

La rubrique « Psycho », qu’est-ce que c’est ?

Des psychologues et psychanalystes répondent à vos questions. Musulman(e)s du Maghreb ou de France, professionnel(le)s actif(ve)s exerçant en cabinet, ils réfléchissent à votre problématique et tentent de vous éclairer à travers leur expérience professionnelle et leur pratique spirituelle. Ils peuvent vous aider à y voir plus clair en vous-même ou à mieux décrypter le comportement des personnes de votre entourage.
Ils ne sont pas médecins, même si on les désigne parfois comme des « médecins de l’âme », mais leur rôle est de vous aider à trouver en vous-même la meilleure réponse à vos interrogations sur vos relations aux autres, votre conjoint ou conjointe, vos parents, vos frères et sœurs, vos amis, vos collègues de travail, vos voisins...
Alors, n’hésitez pas, interrogez-les, ils tenteront de vous répondre en s’éclairant des plus belles pensées de l’islam.
Contactez-les (anonymat préservé) : psycho@saphirnews.com