Connectez-vous S'inscrire






Psycho

Assa : « Je suis toujours victime de trahison »

Rédigé par Fatima Zahra | Samedi 16 Octobre 2010



Assa : « Je suis toujours victime de trahison »
« Mon problème est que je suis toujours victime de trahison.

Je me suis mariée à 18 ans avec un homme que j’aimais du fond du cœur, mais il s’est fait "marabouté" par la femme de son cousin. Elle avait quatre enfants et l’âge de ma mère.
Cette histoire m’a plongée dans une grande tristesse. J’ai même fini par me demander si Dieu existait vraiment, même si, au fond de moi, je sais qu’il existe.

J’ai vécu avec cette douleur pendant cinq années, en me disant que je ne me remarierai plus jamais.

Et un jour, ma tante m’a présentée un de ses cousins. Il s’appelait Amara. Ce fut le coup de foudre.
Il était gentil et semblait complètement sincère. J’ai fini par découvrir qu’il était pire que le diable…

J’ai péché avec Amara et je suis tombée ensceinte. Il a refusé cette grossesse et a insisté pour que j’avorte. Il a prétendu que sans cela ses parents risquaient de se séparer. Je l’ai cru, alors j’ai avorté.
Un jour, j’apprends qu’il avait monté toute cette histoire pour me cacher qu’en vérité il était marié.

Me voilà aujourd’hui avec le cœur brisé à nouveau et la peur d’aller en enfer. Pour moi, la vie est fichue…
S’il vous plaît, aidez-moi ! J’ai besoin de vos conseils. »

Fatima Zahra, psychologue

Assa, je suis touchée par votre appel à l’aide, par votre désarroi. Et j’espère que ces lignes vous apporteront quelque apaisement.

Oui, vous avez été blessée par ces deux histoires. Oui, vous voilà aujourd’hui avec le cœur brisé. Oui, vous avez le sentiment que votre vie n’a plus de sens.
Cette peine est toute naturelle, il s’agit seulement de ne pas s’y enfermer.

Vous écrivez que vous êtes toujours victime de trahison et je m’interroge : est-ce la douleur qui vous fait dire cela ou y a-t-il eu d’autres histoires semblables ?

Une façon de ne plus se sentir victime est de prendre sa vie en main. Peut-être pouvez-vous essayer de comprendre ce qui s’est passé. Je vous propose quelques questions qui peuvent vous aider. Posez-vous ces questions à vous-même d’une manière tranquille, détachée et sans critique excessive.

– Qu’est-ce qui a fait que je n’ai pas vu qu’Amara me mentait ?
– Qu’est-ce qui a fait que j’ai cru à ce qu’il me disait ?
– Qu’est-ce qui m’a attirée chez ces deux hommes ?
– Est-ce que je pouvais agir autrement ? Si oui, comment ?

Je vous invite à trouver d’autres questions. Je vous invite également à être la plus sincère possible dans vos réponses et surtout, surtout, soyez aimable avec vous-même. L’auto-accusation ne vous aprrendra rien sur vous-même.

Quels sens ont ces deux histoires dans votre vie ? Quelle expérience pouvez-vous en tirer ? Souvenez-vous que nous apprenons toujours de nos erreurs. Et peut-être à la prochaine histoire amoureuse, forte de ces leçons de vie, au lieu d’être juste méfiante, serez- vous simplement plus vigilante et plus attentive à vous-même.

Soyez heureuse.

La rubrique « Psycho », qu’est-ce que c’est ?

Des psychologues et psychanalystes répondent à vos questions. Musulman(e)s du Maghreb ou de France, professionnel(le)s actif(ve)s exerçant en cabinet, ils réfléchissent à votre problématique et tentent de vous éclairer à travers leur expérience professionnelle et leur pratique spirituelle. Ils peuvent vous aider à y voir plus clair en vous-même ou à mieux décrypter le comportement des personnes de votre entourage.
Ils ne sont pas médecins, même si on les désigne parfois comme des « médecins de l’âme » , mais leur rôle est de vous aider à trouver en vous-même la meilleure réponse à vos interrogations sur vos relations aux autres, votre conjoint ou conjointe, vos parents, vos frères et sœurs, vos amis, vos collègues de travail, vos voisins...
Alors, n’hésitez pas, interrogez-les, ils tenteront de vous répondre en s’éclairant des plus belles pensées de l’islam.
Contactez-les (anonymat préservé) : psycho@saphirnews.com




Loading