Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Après Laurent Fabius, Jean-Marc Ayrault au ministère des Affaires étrangères

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 11 Février 2016



Laurent Fabius quitte le ministère des Affaires étrangères pour prendre la présidence du Conseil constitutionnel. Jean-Marc Ayrault prend sa succession.
Laurent Fabius quitte le ministère des Affaires étrangères pour prendre la présidence du Conseil constitutionnel. Jean-Marc Ayrault prend sa succession.
Après Christiane Taubira, c’est au tour de Laurent Fabius de quitter le gouvernement. A l’issue du Conseil des ministres, il a annoncé mercredi 10 février qu’il quitte son poste au ministère des Affaires étrangères qu’il occupe depuis l’arrivée de François Hollande à l’Elysée en 2012.

Le chef de la diplomatie française devrait prochainement prendre la présidence du Conseil constitutionnel, à la place de Jean-Louis Debré dont le mandat arrive à échéance. « J’ai accepté la proposition du président de la République. Je serai prochainement auditionné par les deux commissions de l’Assemblée et du Sénat, et si tout se passe bien, je devrais prendre la tête de cette grande institution début mars », a-t-il déclaré.

Laurent Fabius, qui fut un des principaux artisans de l’accord sur le climat en décembre 2015, demeure président de la Conférences des parties (COP). « C’est une fonction personnelle, bénévole, sans incidence ni contradiction avec l’activité gouvernementale, puisque j’ai été élu par les parties (les 195 pays impliqués dans les négociations sur le réchauffement climatique, ndlr) et que je ne représente pas la France », a-t-il fait savoir.

Le nom de son successeur a été dévoilé jeudi 11 février. Ségolène Royal, actuelle ministre de l'Ecologie, était pressentie pour prendre la place de Laurent Fabius mais c'est finalement Jean-Marc Ayrault, le premier Premier ministre de François Hollande, qui hérite du poste.

Lire aussi :
Le fait religieux, un incontournable de la diplomatie française
Laurent Fabius décore Rachid Lahlou de la Légion d'honneur
Egypte : la France légitime la répression... et l'arme
Les acteurs religieux aux avant-postes pour défendre la liberté religieuse de tous