Connectez-vous S'inscrire






Psycho

Anna : « J’ai toujours été une personne nerveuse, qui démarre au quart de tour »

Rédigé par Lalla Chams En Nour | Samedi 7 Novembre 2015



Anna : « J’ai toujours été une personne nerveuse, qui démarre au quart de tour »
On dit de moi que j’ai un fort caractère ! Mais à quel dépens ! Franchement ça me soule de m’énerver pour rien, je râle beaucoup, j’en suis consciente. En fait, j’ai du mal à concevoir qu’on ne puisse pas faire quelque chose comme je l’aurais fait.

Mais, là, ça commence à poser des soucis dans mon couple et je vais bientôt me marier insha Allah. Habib est très différent de moi, très calme et prend du recul sur tout. Moi, je démarre au quart de tour. Et quand je m’énerve, je hausse la voix.

J’essaie de lire plein de livres sur gérer ses colères, les transformer en colère saine, ou bien arrêter de râler en 21 jours mais je n’y arrive pas... Le jihâd, me direz-vous, le vrai, celui contre soi...

Dès que quelque chose m’énerve ou me paraît insensé, illogique, je sens comme une sensation au niveau de la poitrine et il faut que ça sorte.

J’aimerais tellement être moins relou, laisser couler sur certaines choses, me dire bah, mahlish, c’est pas la fin du monde ou, encore mieux, me dire que si le truc X m’a énervé, c’est bon, tant pis, c’est passé, je ne peux rien changer maintenant !

Mais, impossible ! J’ai beau être pleine de bonnes intentions un matin et l’heure d’après ne pas appliquer l’attitude qui devrait être adoptée.

Voilà, je ne sais pas trop quoi faire, j’aimerais consulter mais je vis à l’étranger. J’ai repéré deux psy là où je vis mais je ne sais pas, je me demande si parfois les gens ne sont pas juste là pour prendre l’argent des gens et toi tu vas là-bas tu t’assoies sur un canapé et, yalla, tu racontes ta life en espérant que la personne en face vous donne des conseils.

Mais si j’ai déjà du mal à appliquer ce que je lis, quelle va être la différence avec juste quelqu’un qui me le dira ?
Anna

Lalla Chams en Nour, psychanalyste

Anna, vos réactions, cette lucidité dont vous faites part sur vous-même mais cette impossibilité à gérer vos émotions, votre emportement si l’on ne fait pas exactement comme vous aimeriez que ce soit fait, indique un certain fond d’anxiété.

Dans ce cas, cela vous sera vraiment difficile d’en sortir, en effet, en lisant des livres, même si cela peut aider à l’occasion.

Nous savons, nous les psy, que bien des gens estiment que nous sommes là pour prendre l’argent… Une manière de disqualifier une profession qui pourtant se réfère à une éthique. Si nous sommes payés, c’est pour le travail que nous faisons, et il ne s’agit nullement de donner des conseils.

La thérapie consiste à se faire aider pour trouver par soi-même, en soi-même, les moyens de sortir d’une situation dont il est difficile de sortir seul-e, par manque de recul. Le psy vous apprend peu à peu à prendre du recul sur vos émotions et à connaître les racines d’un mal psychique, de comportements irrationnels qui nous dépassent.

C’est étrange, mais de savoir ce qui nous conditionne, de l’accepter par compréhension, cela permet de sortir d’une situation que l’on peut croire éternelle.

Vous dites qu’il y a deux psy dans votre ville. Eh bien, rencontrez-les tous les deux et choisissez la personne avec laquelle vous vous sentez le plus en confiance. La confiance est indispensable pour que le travail se fasse de manière efficace. Et sachez que la plupart des psy sont capables de faire des efforts financiers pour les personnes en difficulté…

J’espère avoir pu vous éclairer. Bon chemin…

La rubrique « Psycho », qu’est-ce que c’est ?

Des psychologues et psychanalystes répondent à vos questions. Musulman(e)s du Maghreb ou de France, professionnel(le)s actif(ve)s exerçant en cabinet, ils réfléchissent à votre problématique et tentent de vous éclairer à travers leur expérience professionnelle et leur pratique spirituelle. Ils peuvent vous aider à y voir plus clair en vous-même ou à mieux décrypter le comportement des personnes de votre entourage.
Ils ne sont pas médecins, même si on les désigne parfois comme des « médecins de l’âme », mais leur rôle est de vous aider à trouver en vous-même la meilleure réponse à vos interrogations sur vos relations aux autres, votre conjoint ou conjointe, vos parents, vos frères et sœurs, vos amis, vos collègues de travail, vos voisins...
Alors, n’hésitez pas, interrogez-les, ils tenteront de vous répondre en s’éclairant des plus belles pensées de l’islam.
Contactez-les (anonymat préservé) : psycho@saphirnews.com




Loading