Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Algérie : assaut meurtrier des forces spéciales, une trentaine d’otages tués

Rédigé par La Rédaction | Vendredi 18 Janvier 2013



Les forces spéciales algériennes ont très rapidement décidé, jeudi 17 janvier, de donner l’assaut sur le site gazier d’In Amenas, à Tigantourine, non loin de la frontière libyenne, où le groupuscule « Signataires par le sang » avaient pris en otage, mercredi 16 janvier, des dizaines d'otages algériens et étrangers.

L’armée algérienne a ouvert le feu sur un convoi de cinq véhicules transportant des ravisseurs et des prisonniers. Mais un jour après l'assaut, difficile de faire un bilan précis de l'opération.

L’agence Reuters avance le chiffre de 30 otages tués, dont un Français, et 11 terroristes dont un serait Français. Une source de sécurité algérienne avance, quant à elle, le chiffre de 18 ravisseurs tués.

Un porte-parole des « Signataires par le sang » a affirmé jeudi que l’opération avait fait une cinquantaine de morts, dont 34 d'otages et 15 ravisseurs.

« Très peu de Français » étaient présents sur le site gazier et au moins « deux d'entre eux sont revenus », a déclaré, vendredi 18 janvier, le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls. Les 150 salariés algériens de l’entreprise française CIS Catering, qui étaient retenus sur le site, sont « sains et saufs », a déclaré son PDG. Selon l'agence officielle algérienne APS, qui cite une source sécuritaire, près de 650 personnes prises en otage auraient été libérées, dont 573 Algériens et « plus de la moitié des 132 otages de nationalité étrangère ». Mais 60 seraient portés disparus.

Les pays autres que la France, dont des ressortissants ont été pris en otage, craignent un bilan humain plus lourd et critiquent vivement l’attitude de l’Algérie. Un vice-ministre japonais des Affaires étrangères, Shunichi Suzuki, s’est ainsi dit « profondément inquiet que le gouvernement d'Algérie ait mené une opération militaire pour tenter de libérer les otages ».

David Cameron a également jugé l’intervention algérienne « très dangereuse, très incertaine, très confuse ». « Je pense que nous devons nous préparer à la possibilité de mauvaises nouvelles à venir », a-t-il ajouté, en indiquant que moins de 30 de ses compatriotes étaient dans « une situation exposée ».

La France préfère garder le silence vis-à-vis de l’Algérie, qui l’a autorisé à survoler son espace aérien pour son intervention au Mali.

La situation est loin d'être revenue à la normale à In Anemas car un groupe d'assaillants est encore retranché dans le complexe gazier. L'opération des militaires algériens se poursuivait encore, vendredi 18 janvier, à la mi-journée, a indiqué le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault.

Lire aussi :
Algérie : 41 otages étrangers sur un site gazier
Intervention au Mali : la Françafrique à la Hollande