Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Aïd al-Adha : l'étourdissement obligatoire fait débat au Québec

Rédigé par La Rédaction | Mercredi 16 Septembre 2015



Aïd al-Adha : l'étourdissement obligatoire fait débat au Québec
Une loi qui divise à dix jours de l’Aid al-Adha. Depuis lundi 14 septembre, le débat autour de l'étourdissement obligatoire des animaux sont lancés en vue du projet de loi 54 sur le bien-être animal. Le rituel du sacrifice lors de l'Aid el-Kébir est directement visé par la loi qui modifie le statut juridique de l'animal. Il deviendrait interdit de causer ce qui est considéré comme de la détresse ou de la souffrance aux bêtes. Pierre Paradis, ministre de l’Agriculture, veut imposer aux personnes coupables de maltraitance envers les animaux jusqu’à 18 mois de prison.

Pour accomplir le rite du sacrifice, le bien-être animal est essentiel et les musulmans ne doivent pas faire souffrir la bête lors de l'égorgement. La loi lance ainsi un débat entre les fidèles. Faut-il ou pas étourdir le mouton avant l’égorgement ? Pour Khadiyatoulah Fall, auteur du livre Le halal dans tous ses états, « le projet de loi 54 n’est pas incompatible avec les principes de l’islam », explique-t-il dans les colonnes du Journal de Montréal.

La position du professeur musulman à l’Université du Québec à Chicoutimi, est loin d’être partagé par tous. La plupart des musulmans ne veulent pas entendre parler de l’étourdissement avant le rituel. Pour eux, c'est causer une souffrance supplémentaire à l'animal. Seraient-ils prêts à être hors-la-loi pour cela ? La question se posera au lendemain de l'adoption de la loi, si elle se fait.

Lire aussi :
Aïd el-Kébir : une dérogation au sacrifice pour les musulmans de Belgique
L'Aïd el-Kébir, l'occasion d'offrir le mouton aux plus démunis
Aïd el-Kébir : les pauvres à servir, que faire de son tiers ?
Pour Céline Dion, les musulmanes doivent « respecter » les règles du Québec
L’abattage rituel et l’étourdissement : les réponses halal de Mohammed Hawari




Loading










Votre agenda