Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

A Paris, huit morts dans un incendie rue Myrha

Rédigé par La Rédaction | Mercredi 2 Septembre 2015



Capture d'écran Itélé.
Capture d'écran Itélé.
Huit personnes sont mortes dans un incendie qui a éclaté mercredi 2 septembre à 4h30 du matin. Parmi les personnes décédées, deux se sont défenestrées, piégées par la progression des flammes. Les autres sont mortes intoxiquées. Deux enfants figurent parmi les victimes. Quatre personnes sont blessées et hospitalisées.

Le feu a pris au rez-de-chaussés de l’immeuble d’habitation privé situé au numéro 4 de la rue Myrha, dans le quartier populaire de la Goutte d'Or, à proximité du boulevard Barbès. Le feu s'est ensuite propagé sur six niveaux. La centaine de pompiers mobilisés sur place a maîtrisé le violent incendie en début de matinée.

Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve s’est rendu sur place. S'il a déclaré qu’il est « trop tôt pour déterminer les causes de ce drame», la piste criminelle est très sérieusement envisagée.

La piste criminelle privilégiée

La brigade criminelle de la police judiciaire a été saisie de l’enquête par le parquet de Paris. Car les circonstances sont pour le moins étranges.

Un premier départ de feu a été signalé à la même adresse un peu plus tôt dans la nuit, avec une intervention des pompiers à 2h23. Puis les soldats du feu ont de nouveau dû intervenir pour un second feu à 4h30, beaucoup plus important cette fois-ci. De plus, une voiture blanche suspecte a été repérée par des habitants du quartier, juste avant le départ du feu.

La maire de Paris Anne Hidalgo, également sur les lieux du drame a précisé qu'i[« une quinzaine de logements [avaient] été touchés »]i par l’incendie, précisant que « l’immeuble privé était en bon état, non insalubre ».

Sur Twitter, le président Hollande a réagi. « Toute ma solidarité aux victimes de l'incendie de la rue Myrha et à leurs proches. Tout est mis en oeuvre pour faire la lumière sur ce drame » a-t-il posté. Quant à Manuel Valls, Premier ministre, il a voulu « exprimer (sa) compassion aux familles et aux proches des victimes de ce terrible incendie ».

Des solutions de relogement vont être proposées aux rescapés des flammes, choqués tout comme les témoins de la violence de l’incendie, le plus grave depuis 2005 à Paris. L'incendie de l'hôtel Paris-Opéra avait à l'époque fait 24 morts.

Mise à jour : Un homme, aperçu aux abords de l'immeuble, a été placé en garde à vue mercredi 2 septembre dans le cadre de cette affaire. Il a été transféré en service psychiatrique jeudi 3 septembre.

Lire aussi :
Une mosquée parisienne visée par un incendie
L'hôtel Paris-Opéra incendié : prison ferme pour les coupables