Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Violent accrochage en Algérie

| Mardi 16 Janvier 2007



Lundi, un violent accrochage a opposé les services de sécurité algériens, chargés de la lutte antiterroriste et un groupe armé de 15 à 20 personnes, affilié au Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC), au lieudit Larbaâ, dans la région de Batna (440 km à l'est d'Alger), rapporte mardi la presse algérienne.

En l'absence de bilan officiel, le quotidien "l'Expression" croit savoir que plusieurs membres auraient été tués dans cet affrontement, qui vient conclure une opération de ratissage déclenchée le 13 janvier.

Le groupe armé avait été localisé grâce aux hélicoptères, selon le journal "Liberté". Quatre d'entre eux se relayaient lundi pour bombarder ces refuges connus comme des fiefs du GSPC.

Par ailleurs, toujours selon "L'Expression", les services de sécurité algériens et tunisiens coopèrent, activement, sur plusieurs fronts: un maillage sécuritaire renforcé a été observé dans les points de contrôle frontaliers, ainsi que le long des 965km de frontière commune.

Ce renforcement du dispositif sécuritaire intervient quelques jours après les deux fusillades ayant dévoilé l'existence d'un réseau de jihadistes tunisiens liés au GSPC algérien, lequel se revendique d'Al Qaïda.

Selon "L'Expression", la capture de deux Tunisiens à Meftah, dans la proche périphérie d'Alger, lors d'une opération anti-GSPC, il y a près d'un mois, avait déjà donné l'alerte. Côté tunisien, on affirme que parmi les 15 personnes faites prisonnières le 3 janvier, six Tunisiens venaient de rentrer d'Algérie.




Loading