Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Un train déraille au Pakistan

| Mercredi 19 Décembre 2007



Dans la nuit de mardi à mercredi, au moins 45 personnes sont mortes dans le sud du Pakistan dans le déraillement d'un train bondé de passagers qui se rendaient pour la plupart dans leurs villages pour célébrer l'Aïd el-Adha.

"Nous avons déjà retiré 45 cadavres de la carcasse du train", a déclaré en milieu de matinée à l'AFP Asad Saeed, un haut responsable de Pakistan Railways, la compagnie publique des chemins de fer. Le bilan sera probablement plus élevé, a-t-il confirmé, assurant que l'hypothèse d'un sabotage était exclue.

Une centaine de personnes au moins sont blessées et le nombre des décès pourrait être bien plus élevé, a assuré à l'AFP Yasin Bodio, un officier de police sur place.

Plus de 13 heures après le drame, des secouristes s'acharnaient à découper les tôles de l'un des wagons pour atteindre les blessés qui appelaient à l'aide à l'intérieur et, sans doute, extraire de nouveaux cadavres, rapporte un journaliste de l'AFP sur les lieux.

Pire, sous ce wagon, un autre, qui n'avait même pas pu être atteint encore, était littéralement écrasé.

Le train reliait les deux mégapoles pakistanaises, Karachi, dans le sud, et Lahore, dans le nord-est, quand il est sorti des rails vers 02H25 (21H25 GMT) sur la commune de Mehrabpur, à quelque 200 km au nord-est de Karachi, a précisé à l'AFP un autre officier de la police locale, Mustaqim Ahmad.

Les secouristes, épaulés par l'armée et de nombreux habitants des environs, ont dû affronter toute la nuit un froid intense.

"Ce sont des moments très difficiles, les gens sont coincés dans la carcasse des wagons, des policiers retirent tant bien que mal les morts et les blessés sont couverts de sang", explique un autre officier de police, Ghulam Qadir.

Le Karachi express était bondé de passagers qui avaient quitté le grand port du sud pour aller dans leurs villages célébrer vendredi l'Aïd al-Adha, la "fête du sacrifice", la plus importante des fêtes musulmanes, a également expliqué à l'AFP Mustaqim Ahmad, un autre officier de la police du Sind, la province dont Karachi est la capitale.

"Nous somnolions quand nous avons été réveillés par un grand bruit", raconte un rescapé, Shahid Khan, 24 ans, commerçant à Karachi. "J'ai littéralement volé dans les airs puis notre wagon s'est écrasé au sol. On a rampé et on est sorti du wagon comme on a pu, avant de commencer à aider les autres", se souvient-il.

"Il n'y a pas eu de sabotage", a assuré M. Saeed. "Les premières constatations montrent qu'une soudure reliant deux rails a cédé en raison de la dilatation due au froid intense", a-t-il précisé, ajoutant que cela arrive parfois en hiver.

Les accidents de train sont relativement fréquents au Pakistan, où le réseau ferré est dans un piètre état, et souvent, les wagons étant bondés, le nombre des victimes est élevé.




Loading










Votre agenda