Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Un rassemblement silencieux

| Vendredi 10 Août 2007



Un enfant russe de 12 ans, sans-papiers, est hospitalisé dans un état très grave après être accidentellement tombé jeudi à Amiens du 4e étage de son immeuble en suivant son père qui aurait voulu fuir en descendant par les balcons alors que la police venait interpeller la famille.

Le Réseau Education sans frontières a appelé à un rassemblement silencieux ce vendredi à 10H00 dans le quartier où Ivan, un enfant russe, a été grièvement blessé. Le rassemblement est prévu rue Guynemer devant le commissariat de police du quartier où s'est déroulé le drame jeudi matin, et où avaient été convoqués quelques jours avant les parents d'Ivan, en situation irrégulière.

Jeudi vers 07H45, des policiers et un interprète se sont présentés au domicile de la famille, dans un quartier nord d'Amiens, pour la contraindre à comparaître au commissariat pour une audition, selon le parquet d'Amiens. Ayant épuisé tous ses recours depuis son arrivée en France il y a deux ans environ, les trois membres de la famille se trouvaient en situation irrégulière sur le territoire.

Cherchant à échapper à l'interpellation, le père de famille aurait entrepris de descendre le long de la façade de l'immeuble par les balcons de ses voisins, selon M. Beau, qui a affirmé que les policiers n'avaient pas pénétré dans l'appartement au moment des faits, mais s'apprêtaient à le faire grâce à l'aide d'un serrurier.

"Son fils, qui l'avait suivi, a alors chuté et est tombé dans le jardin de la cour intérieure de l'immeuble", a ajouté le procureur. Le père aurait alors sauté d'un étage inférieur ou aurait fini de descendre le long des balcons pour retrouver son enfant, a-t-il indiqué, soulignant que les conditions de l'accident restaient "incertaines".

"C'est ce qu'on déduit actuellement", a déclaré M. Beau, qui a confié une enquête à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) pour déterminer précisément les conditions d'intervention des policiers, les gestes de chacun des membres de la famille au moment des faits et également les raisons qui ont poussé l'enfant à suivre son père le long de la façade.

Le Président Nicolas Sarkozy a souhaité que "toute la lumière soit faite" et exprimé dans un communiqué sa "tristesse" après le drame, ajoutant être "tenu très régulièrement informé de l'évolution de l'état de santé de l'enfant.

La Ligue des droits de l'homme (LDH) a dénoncé jeudi la politique mené par le gouvernement qui "ne cesse de provoquer des drames humains sans pour autant résoudre ce contre quoi elle prétend lutter".

Le Parti socialiste a "exigé que toute la lumière soit faite immédiatement". Dans un communiqué à l'AFP, le PS a souligné "sa très grande inquiétude face aux nombreuses poursuites de parents étrangers et de leurs enfants scolarisés".




Loading