Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Sur le vif

Un prédicateur yéménite interdit de territoire français, la mairie de Chilly-Mazarin réagit

Rédigé par Saphirnews | Jeudi 8 Décembre 2022 à 12:30

           


Un prédicateur yéménite interdit de territoire français, la mairie de Chilly-Mazarin réagit
Le prédicateur yéménite Arafat Bin Hassan Al-Mohammedi devait participer, vendredi 9 décembre, à des conférences à la mosquée de Chilly-Mazarin, en Essonne. Il n'en sera rien. Le ministère de l’Intérieur a interdit sa venue. Il lui est reproché des prêches haineux envers l'Occident et des propos encourageant « au séparatisme et au repli communautaire ».

Le passage du cheikh salafiste en Essonne était une étape dans une tournée européenne en cours qui l’a mené de Rotterdam, aux Pays-Bas, à Molenbeek, en Belgique, en passant par Cologne, en Allemagne. Le ministère de l’Intérieur a prononcé une interdiction administrative de territoire (IAT).

Selon le ministère cité par l'AFP, le prédicateur utilise dans ses propos des hadiths (recueils des actes et paroles de Mahomet et de ses compagnons) dans lesquels les juifs et les chrétiens sont « qualifiés de corrupteurs ». Le cheikh « cite des hadiths stipulant qu’un homme doit fermer les yeux quand il croise une femme, et que la source de tout mal provient des femmes ». Les autorités affirment enfin que le prédicateur appelle « les musulmans à quitter les pays non musulmans pour pouvoir respecter les préceptes de leur religion » et « à ne rien partager avec les non-musulmans ». Tous ces propos ont été tenus en 2020 et s’apparentent « clairement à un encouragement au séparatisme et au repli communautaire ».

La maire de Chilly-Mazarin réagit avec fermeté

Gérald Darmanin a remercié, jeudi 8 décembre, la maire de Chilly-Mazarin « d’avoir interdit, sur notre signalement, l’évènement auquel devait participer ce prédicateur salafiste qui tient des propos incitant à la haine et à la violence ».

« Ce ressortissant yéménite est identifié par les services du ministère de l'intérieur en tant que prédicateur salafiste prônant un discours et des pratiques contraires aux valeurs républicaines. Celui-ci fait notamment l'usage, durant ses conférences, de plusieurs ouvrages religieux véhiculant un Islam radical et traditionnaliste, contenant, entre autres, de nombreux passages discriminatoires à l'égard des femmes, des homosexuels ainsi que des propos hostiles aux juifs, aux chrétiens et aux non-musulmans », indique, en effet, la commune de Chilly-Mazarin dans un communiqué.

« Informée de ces éléments », la maire Rafika Rezgui « a immédiatement décidé d'interdire par arrêté municipal les conférences » en question « au sein de la mosquée et sur tout autre lieu du territoire de la commune. Dès jeudi matin, l'arrêté a été signé et porté à la connaissance de l'association gestionnaire du lieu », fait-on savoir. « Les valeurs de la République sont imprescriptibles. Je ne transigerai jamais avec mes responsabilités de maire de Chilly-Mazarin », a précisé Rafika Rezgui, également vice-présidente de la Communauté d'agglomération Paris-Saclay.

Lire aussi :
Loi séparatisme : pour mieux s'y conformer, un guide pratique destinée aux associations musulmanes
Loi séparatisme : le Conseil constitutionnel tranche, les mosquées du Rhône réagissent