Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Un observatoire contre l’islamophobie lancé au Luxembourg

Rédigé par Saphirnews | Lundi 8 Janvier 2018



Un observatoire contre l’islamophobie lancé au Luxembourg
Un observatoire de l’islamophobie a été officiellement lancé début janvier 2018 au Luxembourg. Faisant valoir que l'islamophobie « englobe tous les actes de discrimination ou de violence à l'encontre des institutions ou des individus en raison de leur véritable ou prétendue appartenance à l'islam », les initiateurs de l’observatoire veulent lutter contre « un fléau social qui prend de plus en plus d'ampleur partout dans le monde », et particulièrement dans au sein de l'Union européenne.

« Quoique la situation concernant ce phénomène paraisse meilleure au Luxembourg que dans les pays voisins, l'absence de données officielles quelles qu’elles soient concernant l'islamophobie ne nous permet pas de tirer une conclusion claire et précise », estiment-ils dans un communiqué, citant le cas d’une avocate à qui « il a été interdit, parce qu’elle portait le voile, de prêter serment ».

Ils déplorent aussi l’éventuelle interdiction du niqab (voile intégral), « qui concernerait une quinzaine de femmes musulmanes au Luxembourg » et qui constitue « l'exemple le plus banal de tentative visant à restreindre les libertés de façon insensée, en prenant pour cible, dans le cas présent, des minorités au sein d’une minorité ».

« L'Observatoire se concentrera prioritairement au suivi de l'état des lieux de l'islamophobie au Luxembourg » et compte surtout sur les citoyens, qui sont priés de dénoncer auprès de la nouvelle structure « toute forme de discours de haine, de pratique de l'exclusion, de violence verbale ou même physique, motivée par la véritable ou prétendue appartenance à l'islam de qui que ce soit ».

L'Observatoire est composé d’une équipe qui agira au sein de l'Institut de recherches, d'éducation et de dialogue interculturel (IREDI). Contactés par Saphirnews, les initiateurs ont déclaré souhaiter garder l’anonymat. « Personnellement, après avoir vécu plusieurs situations d'islamophobie dont la victime était mon épouse et des amies, je me vois obliger de me porter protecteur d'une manière ou d'autre », nous dit l’un des fondateurs, déclarant le faire « sans l'aide ni l'appui de qui que ce soit ».

« L'islamophobie ne doit pas être perçue comme un problème concernant exclusivement la communauté musulmane mais comme un défi lancé à la société tout entière », conclut l’observatoire.

Le nombre de musulmans est estimé à 20 000 au Grand-Duché de Luxembourg, qui compte près de 600 000 habitants.