Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 






Sur le vif

Turquie : le parti d'Erdogan s’incline face à l’opposition dans les grandes villes

Rédigé par Lina Farelli | Mardi 2 Avril 2019



Turquie : le parti d'Erdogan s’incline face à l’opposition dans les grandes villes
L'issue des élections municipales en Turquie, organisées dimanche 31 mars, laisse un goût amer au Parti de la justice et du développement (AKP), celui du président Recep Tayyip Erdogan, qui enregistre une importante défaite dans plusieurs grandes villes turques.

À Istanbul, Ekrem Imamoglu, candidat de l’opposition, a remporté la victoire in extremis avec 48,8 % des suffrages, contre 48,51 % pour Binali Yildirim, candidat de l’AKP.

Recep Tayyip Erdogan, qui a été maire d’Istanbul dans les années 1990, s’est particulièrement mobilisé en marge de la campagne pour les élections municipales au cours de laquelle il a enchaîné les meetings. Mais cela n'a pas suffit à son parti islamo-conservateur pour vaincre un front uni de l’opposition, composée du parti social-démocrate CHP et de la droite Iyi, dans plusieurs villes, ou encore le parti prokurde du HDP, qui a raflé la victoire dans plusieurs villes comme Diyarbakir.

Une partie de l'opinion publique turque impute au gouvernement en place la récession économique.

Cette défaite sonne également comme un revers historique pour Recep Tayyip Erdogan qui, en 16 ans à la tête de la Turquie, a toujours gardé la main mise sur Istanbul, la ville la plus peuplée et la plus riche du pays.

Pour rendre la défaite encore plus amère du côté du parti présidentiel, l’opposition a également remporté les suffrages à Ankara, ville tenue par l'AKP depuis 25 ans, ou encore Izmir.

Néanmoins, à l’échelle nationale, les candidats de l’AKP restent majoritaires avec 51,7 % des voix, selon les statistiques de l’agence presse Anatolie.

À compter du lundi 1er avril, les partis disposent de trois jours pour déposer un recours auprès des autorités électorales. L’AKP a déjà annoncé qu’il dénoncerait des irrégularités sur ces élections.

« Nous allons utiliser jusqu’au bout les recours juridiques à notre disposition, nous ne laisserons pas la volonté des habitants d’Ankara être dénaturée », a affirmé le secrétaire général de l’AKP, Fatih Sahin. Le parti va notamment demander aux autorités électorales de réexaminer les 29 000 voix considérées comme nulles à Istanbul et les 90 000 autres à Ankara.

Lire aussi :
Attentats de Christchurch : Erdogan s’attire les foudres de la Nouvelle-Zélande et de l'Australie
A Istanbul, la plus grande mosquée de Turquie est désormais ouverte au public