Connectez-vous S'inscrire






Société

Tragédie de Gênes : l'Italie endeuillée, chrétiens et musulmans en communion

Rédigé par | Lundi 20 Août 2018

Moins d'une semaine après l'effondrement du viaduc de Gênes, un hommage solennel aux victimes, conduit par des représentants religieux catholiques et musulmans, a été rendu samedi 18 août. Le bilan du drame qui endeuille l'Italie est porté à 43 morts.



Tragédie de Gênes : l'Italie endeuillée, chrétiens et musulmans en communion
Drapeaux en berne, une foule rassemblée devant des cercueils renfermant les corps de plusieurs victimes de l’effondrement du viaduc de Gênes ; c’est toute l'Italie, en deuil, qui s'est recueillie samedi 18 août lors des funérailles nationales qui ont notamment vu chrétiens et musulmans communier ensemble pour rendre un hommage solennel aux victimes.

C’est dans le pavillon Jean Nouvel du parc des expositions de Gênes que l’Italie a honoré la mémoire des victimes de l’effondrement du viaduc de Gênes survenu mardi 14 août. Sur les 43 décès confirmés, 18 cercueils ont été alignés pour les funérailles nationales ; plusieurs familles de victimes ayant préféré un adieu plus intime avec leurs proches ou choisissant de boycotter ce moment en présence du gouvernement en signe de mécontentement.

Une homélie pleine d'émotion

Après s’être entretenu avec les familles des victimes, l’archevêque Angelo Bagnasco, qui a dirigé la cérémonie funéraire catholique, a exprimé « tout son respect pour ceux qui ont refusé des funérailles d’État », en présence du président italien Sergio Mattarella et des leaders du gouvernement Matteo Salvini et Luigi Di Maio.

Devant une assistance brisée et bouleversée par le drame, il a opté pour un discours empreint de résilience pour assurer que « Gênes ne se rend pas. L’âme de son peuple est traversée ces jours-ci de mille pensées et sentiments, mais elle continuera à lutter ». « La justice qui est due ne pourra effacer et restituer ce qu’il s’est passé », a-t-il également indiqué, avant que les noms des victimes soient égrenés.

La veille, lors des obsèques de quatre jeunes victimes du viaduc, l’archevêque de Naples, Crescenzio Sepe, affirmait, pour sa part, que personne « ne doit mourir de négligence, d’incurie, d’irresponsabilité, de superficialité, de bureaucratisme ».

Tragédie de Gênes : l'Italie endeuillée, chrétiens et musulmans en communion

Des « Allah akbar » dédiés à toutes les victimes

Des représentants et des membres de la communauté musulmane italienne ont fait acte de présence aux funérailles nationales. Parmi les victimes, figuraient deux Albanais. Un imam a dirigé une courte prière mortuaire, suivie d'un discours de Mohamed Nour Dachan, président émérite de l’Union des communautés et des organisations islamiques d’Italie (Ucoii), qui a pris la parole pour réconforter les habitants de la ville et les familles des victimes.

« Nous offrons à Dieu nos prières pour toutes les victimes », a indiqué le dignitaire religieux. « Nous demandons au Seigneur, dans son infinie miséricorde, (…) de nous rendre conscients de nos responsabilités. Nous prions pour Gênes, la superbe. Elle saura se relever avec fierté, notre Gênes qui, en arabe, signifie "la belle". Les communautés musulmanes de Gênes, de Ligurie et de toute l'Italie prient pour que la paix soit avec vous tous. Que le Seigneur protège l’Italie et les Italiens », s’est-il exprimé devant l'assistance, qui a longuement applaudi le discours. Un moment solennel fort en présence de membres de gouvernement issus de l'extrême droite.

Responsable tout désigné pour le gouvernement italien, Ll’Autostrade per l’Italia, filiale d'Atlantia propriétaire de la famille Benetton qui gérait le tronçon de l'autoroute effondrée, a annoncé la création d'un fonds d’indemnisation pour les victimes à hauteur de 500 millions d'euros. La colère des victimes n'est pas pour autant retombée, aussi bien contre la société que contre le gouvernement accusés de laxisme ayant mené à cette tragédie dont Gènes mettra des années à s'en relever. Au lendemain de l'effondrement du pont, l'état d'urgence a été décrété pour un an à Gênes.

Lire aussi :
Abd al-Wahid Pallavicini, figure de l'islam et du dialogue interreligieux en Italie, est mort


Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur