Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Strauss-Kahn: 'la gauche doit tout remettre à plat'

| Vendredi 11 Mai 2007



Hier, Dominique Strauss-Kahn a affirmé que "tout doit être remis à plat, tout doit être reconsidéré" sans "tabou" pour reconstruire la gauche, qui doit dès maintenant offrir le visage d'"une gauche efficace, d'une gauche crédible, d'une gauche concrète".

Quatre jours après l'échec de Ségolène Royal au second tour de l'élection présidentielle, l'ex-challengeur malheureux de la candidate lors de la primaire interne au PS a pris date pour l'avenir, livrant son analyse des causes de la défaite.

"Nous vivons aujourd'hui la situation que vivait la gauche en 1969" après son élimination au 1er tour de la présidentielle et avant la naissance du Parti socialiste en 1971, a déclaré le député du Val d'Oise, venu soutenir à Paris son lieutenant Jean-Christophe Cambadélis, candidat à sa réélection comme député dans le 19e arrondissement de Paris.

Selon lui, "tout doit être remis à plat, tout doit être reconsidéré (...), il n'y a pas de tabou".

Affirmant que, dimanche dernier à la télévision après l'annonce de la victoire de Nicolas Sarkozy, son visage était celui de "la dureté de la douleur, et non (celui de) la dureté de la vengeance" à l'égard de Ségolène Royal, M. Strauss-Kahn a exhorté les socialistes à reconnaître leur "défaite incontestable, la plus large depuis la victoire du général de Gaulle" en 1965.

Pour l'ancien ministre, "si la gauche veut gagner les élections législatives et résister le mieux possible", elle doit "montrer qu'(elle a) entendu le message de la présidentielle".

"Les Français veulent une gauche efficace, une gauche crédible, une gauche concrète", ils veulent "une gauche qui règle les problèmes, pas qui ressasse les solutions d'hier", a-t-il affirmé.

Le député du Val d'Oise a rendu "hommage à la campagne de Ségolène Royal et à sa volonté de faire bouger les lignes". "Elle a fait bouger les lignes", a-t-il dit.

Il a relevé que les socialistes avaient été "totalement inaudibles" sur les retraites, notamment en n'excluant pas explicitement un retour aux 37,5 ans de cotisation. Il a critiqué la proposition de M. Hollande, en janvier dernier, d'instaurer une CSG-retraite, estimant qu'elle témoignait d'"une incompréhension complète de ce qui se passe dans notre société". Selon M. Strauss-Kahn, "ce n'est pas l'invention d'un impôt de plus qui règle le problème".

De même, les socialistes "sont restés gênés" sur le nucléaire et "silencieux" sur la question du protectionnisme.

Parlant de "la reconstruction" du PS, M. Strauss-Kahn a énoncé "deux mots d'ordre". "Je souhaite du collectif, je souhaite du renouvellement", a-t-il dit. Il a reproché au PS d'avoir "étouffé le renouvellement des générations", exhortant ses camarades à "faire une place à ceux qui ont 30 ans". A propos du "collectif", il a souhaité que la campagne des législatives soit menée par "le Bureau national" et non par "un comité Théodule".

M. Strauss-Kahn a invité les socialistes à ne pas baisser les bras pour les législatives. "Il faut y aller pour gagner", a-t-il dit.




Loading