Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 





Religions

Reprise des cultes : « La révision du calendrier doit s’appuyer sur des critères d’ordre sanitaire, indépendamment des revendications des cultes »

Rédigé par | Samedi 9 Mai 2020 à 12:05



Reprise des cultes : « La révision du calendrier doit s’appuyer sur des critères d’ordre sanitaire, indépendamment des revendications des cultes »
Dossier spécial coronavirus : retrouvez tous nos articles sur et autour de la pandémie de Covid-19

« Pour la reprise des cérémonies religieuses, la prudence s’impose face à la menace du Covid-19. » Dans une tribune parue sur Saphirnews samedi 9 mai, le président du Conseil français du culte musulman (CFCM) Mohammed Moussaoui s’est exprimé pour faire valoir un message de prudence, en particulier auprès des musulmans, à l’heure où le calendrier de reprise des offices religieux fait débat.

« La reprise des célébrations religieuses dans les mosquées doit mieux se préparer pour qu’elle puisse avoir lieu dans les meilleures conditions », insiste au préalable Mohammed Moussaoui.

De la nécessité de rester fidèle au « principe directeur immuable qui donne la primauté à la vie face à toute autre considération »

« Le culte musulman s’honore d’avoir fixé un principe directeur immuable qui donne la primauté à la vie face à toute autre considération et de le respecter en toute circonstance en s’appuyant uniquement sur son appréciation éclairée par les avis médico-scientifiques et sur ses moyens et ses capacités à garantir la sécurité sanitaire de ses fidèles », affirme Mohammed Moussaoui,

Celui qui est aussi président de l'Union des mosquées de France (UMF) regrette au passage « un glissement vers une forme de comparaison avec les autres cultes qui n’a pas lieu d’être ».

L'annonce d'une possible avancée du calendrier au 29 mai pour les fêtes chrétiennes et juive de la Pentecôte a poussé des fédérations et associations musulmanes à dénoncer un « deux poids, deux mesures » des autorités à l'encontre du culte musulman. Des revendications visant à déconfiner les cultes dès le 24 mai, à l'occasion de l'Aïd al-Fitr, ont même émergé.

« Un consensus s’était établi au sein du CFCM pour reprendre les cérémonies religieuses d’une manière progressive quand les conditions de sécurité sanitaire seraient remplies. Cette reprise ne pouvait avoir lieu à l’occasion d’un grand rassemblement tel que la prière de vendredi ou la fête de l’Aïd », a-t-il appuyé. « Ce n’est pas parce qu’un culte, au demeurant souverain dans ses décisions et son appréciation de la situation, décide d’anticiper sa reprise d’activité que nous devrions adopter la même posture. »

A ce stade, la reprise des cultes est toujours prévue pour le 2 juin, après toutes les grandes fêtes religieuses. « Étudier la possibilité de la réviser dans le sens d’avancement ou de report n’est pas une aberration en soi. Toutefois cette révision doit s’appuyer sur des critères d’ordre sanitaire indépendamment des revendications des cultes », conclut le président du CFCM.

La tribune dans son intégralité ici

Lire aussi :
La reprise des cultes dès la fin du Ramadan ? Les fédérations turques adoptent une position commune
Le RMF opposé à une reprise des cultes à la fin du Ramadan ou à la Pentecôte
Polémique sur la date de reprise des cultes : l’UMF préconise de ne pas l'avancer pour l’Aïd al-Fitr
Vers une reprise des cultes sans l’Aïd al-Fitr ? La Mosquée de Paris s’insurge du changement de calendrier


Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur