Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 






Sur le vif

Racisme dans les médias : le coup de gueule de Benjamin Castaldi dans TPMP (vidéo)

Rédigé par Lina Farelli | Vendredi 22 Février 2019 à 20:27



Racisme dans les médias : le coup de gueule de Benjamin Castaldi dans TPMP (vidéo)
Alors que la polémique enfle autour de la censure présumée d’un reportage montrant une femme voilée par Jean-Pierre Pernaut, Benjamin Castaldi a poussé, jeudi 21 février, un gros coup de gueule pendant l’émission Touche Pas à Mon Poste (TPMP) de C8.

Le présentateur du journal de 13 h de TF1 aurait, selon Le Canard Enchaîné, censuré des images où une femme voilée apparaît parmi les interviewés après un micro-trottoir réalisé pour recueillir l’avis des parents sur la nouvelle mesure rendant l’obligatoire la présence du drapeau français et européen et le chant de la Marseillaise dans les salles de classe. « Il n’y aurait pas de femmes voilées dans mon journal », aurait-il déclaré à son équipe, en salle de visionnage.

Sur le plateau de TPMP, figurait Ahmed Tazir, journaliste sur LCP, qui a rapporté une autre anecdote datant de 2006 recueillie auprès d'un reporter de TF1 sur le terrain. Jean-Pierre Pernaut lui aurait déclaré, dans le cadre d’un reportage sur le ski dans les Alpes : « On est bien d'accord. Pas d'interviews de Noirs ni d'Arabes. »

« Je ne comprends pas d’où ça sort. Il suffit de regarder mes JT, il y a toujours eu des femmes voilées, des femmes de couleur, la diversité », s’est défendu Jean-Pierre Pernaut, par le biais de Valérie Bénaïm, chroniqueuse de TPMP.

Sans directement pointer du doigt Jean-Pierre Pernaut, Benjamin Castaldi a vivement réagi. « Vous êtes quand même une bande d’hypocrites. On va arrêter de se mentir deux minutes. (…) Arrêtez de mentir, je l’ai entendu, moi, sur des chaînes : "Il y a trop d’Arabes, il y a trop de Noirs. Dans ce casting-là, on enlève ci, on enlève ça." Arrêtez, c’est la vérité », a-t-il lancé en direct sur le plateau, d’un air visiblement agacé. De tels propos ne sont « plus possibles » et ne sont « plus acceptables » en 2019, a-t-il ajouté, révolté.