Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

Quel sens pour quelle finalité à la pratique de l'islam ?

Vocation de l'islam

Rédigé par Djilali Elabed | Lundi 5 Juin 2017



Quel sens pour quelle finalité à la pratique de l'islam ?
Le mois du Ramadan est traditionnellement surnommé le mois du Coran, donc de la Parole de Dieu exalté Soit-il. Plus largement, il s'agit du mois où l'on s'efforce de développer une relation plus intime avec Dieu et effectuer une exigeante introspection.

Cette introspection doit être individuelle mais aussi collective puisque la particularité du culte musulman est qu'il développe à la fois une dimension individuelle mais aussi communautaire. C'est ainsi que, au cours de ce mois et au-delà, je vous propose de manière régulière de partager avec vous quelques réflexions et rappels autour de la « vocation de l'islam ».

C'est ainsi que l'on abordera successivement la question du sens profond de l'islam, de son universalité, puis la place de la raison et enfin les conditions de la réforme et du changement.

Qu'est-ce que l'islam ? Pourquoi l'islam ? Pour définir l'islam on peut bien évidemment se tourner vers le hadith « Jibril » qui nous en donne les piliers, nous préférons en revenir à l’étymologie connue du mot islam.

Trop souvent, l'islam est donc défini (seulement) comme l'acte de se soumettre passivement, de brimer sa raison pour se donner corps et âme à un Seigneur gérant la vie de l'Homme dans ses moindre détails. Pour beaucoup, surtout les non-musulmans, cela conduit au fanatisme, au fatalisme et à la régression. Or l'islam signifie certes se soumettre mais plus encore s'abandonner à Dieu de manière confiante. Il ne s'agit pas d'un Dieu tyrannique mais d'un Dieu aimant auprès de qui on se réfugie; Il est « Le Clément », « Le Miséricordieux », « La Paix ».

S'abandonner à Dieu

J'ai encore à l'esprit ces images - tirées d'un documentaire - d'un père syrien qui parlait amoureusement de ses jeunes filles avec qui il se retrouvait après la prière du matin. Mais voilà qu'un raid anéantit toute sa famille. Il raconte alors son drame, la folie des hommes mais finit par se réfugier auprès de son Seigneur pour trouver le réconfort. Cet abandon confiante à Dieu est le sens profond de l'islam. On retrouve cela dans le verset : « Fuyez donc vers Allah. Moi, je suis pour vous de Sa part, un avertisseur explicite. » (S.51/ v.50).

Pour l'exégète Ibn Kathir, cela signifie « Fuyez auprès de Lui et confiez-vous à Lui dans toutes vos affaires et entreprises. » Pour le mystique Dhun Nun Al-Misri, il convient de comprendre le verset ainsi : « Fuyez donc de l'ignorance vers la science, de la mécréance vers la reconnaissance. »

L'islam, comme toutes les religions et spiritualités, cherche à donner un sens et une explication à notre univers et à notre existence. Le verset suivant nous en donne une réponse, réponse qu'il convient de méditer et d'en donner donc toute la mesure : « Et Je n'ai créé les djinns et les humains que pour qu'ils M'adorent. » (S. 51 /v 56). Al-Qourtoubi, comme Ibn Taymiyya, expliquent le verset en considérant que l'adoration consiste ici à connaître Dieu ; donc « pour qu'ils Me connaissent ».

Connaitre Dieu, la finalité à la pratique

L'islam est avant tout la religion permettant de mieux connaître et approcher le Seigneur des Mondes. De même les pratiques cultuelles ne doivent pas être des pratiques vides de sens car elles perdraient de leur finalité qui est celle de connaître notre Seigneur.

Pratiquer aveuglement, pratiquer de manière mécanique, pratiquer par habitude n'est pas la vocation de l'islam.

La prière n'est-elle pas par excellence la pratique permettant d'être dans la proximité de Dieu ? Souvenons-nous que la prière a été prescrite à un moment très symbolique, lors du voyage nocturne. C'est lors de cet événement exceptionnel, miraculeux (il n'est pas ici question de débattre sur la réalité physique ou pas de cette ascension) que le Prophète est allé à la rencontre de Dieu, de se retrouver dans une forme d'intimité.

Quel sens pour quelle finalité à la pratique de l'islam ?
A l'image de cette ascension, la prière doit être une pratique cultuelle qui nous élève vers le Seigneur des Univers, un rituel qui nous met en connexion avec Lui, un moment d'intimité. Tel est fondamentalement le sens profond de l'islam et du culte.

Il en est de même pour le jeûne où le musulman est invité à sortir de l'ordinaire de sa condition humaine pour tendre vers la perfection des anges qui ne consomment ni s'accouplent. Il s'agit alors de se retrouver dans un profond état spirituel pour nourrir la transcendance.

Le pèlerinage n'est pas autre chose que le voyage d'une vie où le musulman répond à l'appel de Dieu et tourne en orbite et de manière symbolique autour de la Maison de Dieu.

Alors que l'islam est trop souvent associé à la violence, à l'oppression et à l'hypertrophie normative il convient de lui redonner son sens profond et premier, celui de la gnose ou la connaissance du divin. Alors que notre monde devenu un se cherche, que l'humanité parfois se déchire et que l'homme est mu trop souvent par la seule accumulation, il est urgent que les musulmans relèvent le défi pour bâtir un monde nouveau et retrouver ainsi la vocation de l'islam.

*****
Djilali Elabed est enseignant en sciences économiques et sociales.