Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Philippines : l’Etat signe un accord de paix avec les musulmans

Rédigé par La Rédaction | Lundi 15 Octobre 2012



Aux Philippines, pays majoritairement catholique, l’accord de paix annoncé pour pacifier les relations entre l’Etat et la rébellion musulmane a été signé lundi 15 octobre. Lors d’une cérémonie retransmise à la télévision nationale, au palais présidentiel, un pacte a été signé entre le président Benigno Aquino et le chef du Front moro islamique de libération (MILF), Mourad Ebrahim.

L’accord détaille les étapes pour mettre fin d'ici 2016 à plusieurs décennies d'une insurrection meurtrière. En effet, depuis le début des années 1970, le MILF et d’autres groupes rebelles se battent pour l’indépendance des îles du Mindanao où vit la minorité musulmane estimé entre 4 et 9 millions de personnes. Cette guerre a fait plus de 150 000 morts et des centaines de milliers de déplacés.

L'accord-cadre signé lundi, pacifie les relations. Il prévoit de créer une zone semi-autonome sur les îles de Mindanao avec des pouvoirs étendus en matière fiscale et la répartition d'une « partie équitable » des richesses de la région. En échange, le MILF renonce à l'indépendance et organise le désarmement de ses 12 000 hommes.

Dans ce nouveau territoire autonome, que la communauté musulmane considère comme son territoire ancestral, depuis l'époque des sultanats musulmans, la charia (loi islamique) sera appliquée au civil mais pas au pénal. La « loi fondamentale » (Constitution) régissant le territoire sera votée par le Parlement d'ici à 2015, puis ratifiée par référendum par la population locale.

« Je viens ici l'esprit en paix et pour forger un partenariat de paix, sur la base d'un accord cadre entre le MILF et le gouvernement philippin. Nous tendons la main de l'amitié et du partenariat au président et au peuple philippin », a déclaré le chef du MILF.

Le président Aquino, très impliqué dans les négociations depuis son arrivée au pouvoir en 2010, a pour sa part, jugé que cet accord représentait une chance pour « aboutir enfin à une paix réelle et durable ».

Mais le chemin vers la paix est encore long, a-t-il également souligné. « Comme le dit le proverbe, ce sont les petits détails qui peuvent tout faire dérailler. Beaucoup de travail reste à faire afin de récolter les fruits de cet accord cadre », a-t-il ainsi déclaré. Des accords de paix avaient déjà été signés par le passé mais ont échoué.

Lire aussi :
Les Philippines s'engagent vers une paix durable avec les musulmans