Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Philippe Douste-Blazy au Kosovo

| Vendredi 23 Mars 2007



Jeudi, Philippe Douste-Blazy est arrivé au Kosovo à l'heure où le fossé s'approfondit entre la Russie et les autres pays membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU sur l'avenir de la province séparatiste de Serbie.

Le plan de l'émissaire onusien Martti Ahtisaari, qui met le Kosovo sur le chemin de l'indépendance, a reçu l'aval des responsables kosovars, mais a été rejeté par la Serbie, farouchement opposée à l'indépendance de cette province considérée par Belgrade comme le berceau historique de la nation serbe.

Ahtisaari ayant renoncé à obtenir une solution négociée entre les deux camps, son plan a été remis au secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, qui doit le transmettre au Conseil de sécurité pour approbation finale au début du mois prochain. Mais la Russie, alliée traditionnelle de Belgrade, n'est absolument pas sur la même ligne que Washington ou les Européens.

Au Kosovo, le ministre français des Affaires étrangères Philippe Douste-Blazy a affirmé que la France soutenait la plan de M. Ahtisaari.

Il a répété cette position plus tard à Belgrade, à l'occasion de rencontres avec le Premier ministre serbe Vojislav Kostunica, le président Boris Tadic et d'autres dirigeants. Il a également écarté l'idée de nouvelles négociations sur le Kosovo.

M. Kostunica lui a fait part de son désaccord, affirmant que le plan de M. Ahtisaari n'est "même pas une solution de compromis", et qu'"il répond aux exigences des albanophones du Kosovo".

Mercredi, le chef de la diplomatie russe Serguéï Lavrov a semblé laisser entendre que Moscou n'hésiterait pas à brandir son veto si le plan Ahtisaari est présenté tel quel au conseil.




Loading