Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Palestine : Ahed Tamimi et sa mère condamnées par Israël à huit mois de prison

Rédigé par Lina Farelli | Jeudi 22 Mars 2018



Palestine : Ahed Tamimi et sa mère condamnées par Israël à huit mois de prison
Le tribunal militaire israélien a jugé, mercredi 21 mars, l’adolescente palestinienne Ahed Tamimi, placée en détention préventive depuis mi-décembre 2017 pour avoir giflé un soldat israélien. Après un accord de « plaider coupable », le procureur militaire et les avocats de la défense ont convenu d'une peine d'emprisonnement de huit mois, dont quatre déjà couverts par sa détention préventive.

Ahed Tamimi, âgée de 16 ans au moment des faits, devait répondre d’une douzaine de chefs d’inculpation, dont « l’assaut aggravé » contre un militaire était l’un des plus importants sur la base d'une vidéo en décembre devenue virale la montrant en train de malmener des soldats israéliens dans la cour de la maison familiale à Nabi Saleh. Au final, seules l’agression, l’incitation à manifester et l’obstruction à la mission des soldats ont été retenues. Elle a également écopé d'une amende de 5 000 shekels (1 200 euros).

Ahed Tamimi est devenu une icône de la lutte contre l'occupation iraélienne dont l'histoire a attiré une grande attention internationale lors de son arrestation après un raid nocturne de militaires. Des appels pour sa libération ont rapidement émergé à travers le monde. Le tribunal militaire israélien a préféré juger Ahed Tamimi à huis clos, un choix fortement dénoncé par les avocats de la défense qui souhaitaient une médiatisation des audiences.

Apparaissant dans la vidéo, la mère de l'adolescente, Narimane Tamimi, a aussi été condamnée, après un accord avec le procureur, à la même peine de prison que sa fille, de même qu'une amende de 6 000 shekels (1 400 euros). Sa cousine Nour Tamimi, qui avait elle aussi frappé un soldat, a été condamnée à 16 jours de prison, aussi couverts par sa détention préventive, et 2 000 shekels (470 euros) d'amende.

La famille Tamimi postait régulièrement, depuis des années, sur les réseaux sociaux des photos et vidéos relatives aux altercations avec l’armée israélienne en Cisjordanie. Le 15 décembre 2017, les tensions étaient vives dans le village de Nabi Saleh, situé non loin de Ramallah. Quelques heures auparavant, le cousin d’Ahed Tamimi avait en effet été grièvement blessé des suites d'un tir israélien.

Lire aussi :
« Enfances brisées », les mineurs palestiniens dans le viseur de la répression israélienne (vidéo)