Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité
 

 

Points de vue

Osons penser le beau et le spirituel aujourd’hui

Rédigé par | Jeudi 22 Novembre 2018 à 13:50

           


Osons penser le beau et le spirituel aujourd’hui
Les sujets d’actualité autour du spirituel sont anxiogènes et répétés jusqu’à l’écœurement sans jamais entrevoir l’ombre d’une solution : pédophilie, terrorisme, extrémismes, occupations violentes de territoires… Les débats tournent en boucle autour des mêmes sujets éludant dans un même temps le fond du problème : les mutations et les vrais défis qui se posent aux différentes spiritualités pour répondre aux questionnements, aux quêtes de sens des hommes et des femmes du XXIe siècle.

Le spirituel se laisse peu à peu enfermer dans l’opinion et ses sacro-saints sondages qui ont envahi tous les domaines, y compris celui de la pensée, le tirant souvent vers son niveau le plus bas, voire l’enlisement, face à certains problèmes. Alors que de tout temps l’humain a aspiré à l’élévation de sa condition et à la recherche de la Vérité…

Le Beau est une urgence, plus que jamais

L’idée d’organiser un colloque sur le thème générique de « Penser le spirituel » nous a semblé essentiel, à Stéphane Gaulier et moi-même, pour traiter d’un sujet, le spirituel, qui apparait bien trop souvent connoté par une profusion de clichés et de caricatures.

Il s’agit, en questionnant différentes traditions spirituelles, de redonner à la pensée sa juste place et de sortir le spirituel de la doxa et du matérialisme religieux. En amorçant une précieuse réflexion, il est possible de rêver ou d’envisager sérieusement la fin de la dichotomie entre la raison et la spiritualité qui marque très fortement notre époque.

D’aucuns pensent que la tragédie du monde moderne réside dans le fait que plus rien ne réfléchit le spirituel. Mais est-ce que le Beau ne serait pas un des vecteurs possibles ? À l’heure de l’intelligence artificielle, le Beau et le spirituel peuvent-il encore inspirer notre futur ? Le Beau va bien au-delà de son sens commun, esthétique et formel. Le Beau est un possible vecteur d’unité entre les communautés. Nous avons besoin de mettre le Beau au cœur de notre vie, de notre comportement, de la cité et dans nos relations humaines pour un bien vivre ensemble en paix. Le Beau a cette capacité de pouvoir réenchanter un monde en proie aux crises multiples. Le Beau est une urgence, plus que jamais.

Transcender son quotidien

Le premier volet du cycle de colloques « Penser le spirituel » initié au Patronage laïque Jules-Vallès (Paris 15e), le 24 novembre 2018, permet de réunir un panel de théologiens, d’artistes, de chercheurs pour échanger, questionner, débattre sur cette idée du Beau dans les différentes traditions spirituelles et philosophiques. Car le spirituel et la philosophie ont en commun d’amener l’humain à s’élever, à penser, à mieux comprendre et à transcender son quotidien.

Les intervenants, tous de renommée internationale, sont en quelques sorte des activistes du Beau qu’ils ont placé au centre de leur vie. Pour n’en citer que quelques-uns : l’islamologue Ghaleb Bencheikh, qui prône un islam de beauté ; Françoise Atlan, interprète spécialiste des chants de traditions juives ; Gilles Tosello, préhistorien et plasticien, responsable de la reproduction de la grotte Chauvet, qui nous ramène aux sources du spirituel, dans la nuit des temps. Ou encore le maître de ney turc, héritier de la tradition spirituelle soufie mevlevi (la confrérie des derviches tourneurs), Kudsi Ergüner, artiste de l’Unesco pour la paix. Pour ce dernier, raison et pensée sont les outils indispensables de la foi.

Car le spirituel permet non seulement d’accéder à une transcendance mais aussi de développer son cœur et son esprit. Et c’est par l’exercice de sa pensée que l’humain pourra conserver sa dignité et sa liberté.

*****
Carole Latifa Ameer est cofondatrice du collectif d’artistes Dervish Project avec le compositeur classique Théophile de Wallensbourg. Après des études en histoire de l’art et de langues et civilisations indiennes, elle a découvert et étudié le soufisme en Inde. Cette ancienne journaliste culturelle se consacre aujourd’hui aux arts sacrés, à leur sauvegarde et à la création contemporaine.

Pour en savoir plus sur le programme du colloque « Penser le spirituel : l'idée du Beau » cliquez ici.



Ameer Carole Latifa
Carole Latifa Ameer est directrice artistique et chercheuse indépendante en pensée et culture... En savoir plus sur cet auteur


Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par Th. de Wallensbourg le 22/11/2018 15:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Un très bel article ma chère Latifa, de tout cœur avec vous tous ce samedi pour ce partage indispensable !

2.Posté par Offspring le 23/11/2018 15:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ou se trouve le beau. Ce que l'on peut acheter ne vaut rien puisque l'on peut l'acheter.
Seulement si l'on enlève cela il ne reste pas grand chose. Lol.

3.Posté par Occitan le 25/11/2018 16:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le beau ne peut se trouver que dans ce qui est incomparable.
Le beau peut d'ailleurs se trouver dans le laid. Il y en a qui disent de personnes laides qu'elles ont une gueule, qu'ils trouvent du beau dans leur particularité physique.
La nature, la danse, l'architecture, les amours....moultes choses sont incomparables.
Dire la nature est plus belle que la danse n'a pas grand sens.
Un jardin à la française est plus beau qu'une jungle non plus.
On peut mal danser ne signifie pas de la danse que c'est laid.
Une nature sauvage n'est pas plus belle qu'une nature taillée.
C'est différent mais ni beau ni laid.
Le beau ne peut pas etre comparé. On ne compare pas les religions, les hommes, les arts... quantités de choses sont incomparables.
La religion c'est beau ou ça ne l'est pas. L'homme c'est beau ou ça ne l'est pas.....etc.
Si l'on se sert du laid comme faire valoir au beau c'est que le beau n'en est pas.
Un homme beau mis à coté d'un homme laid ne dit pas de l'homme beau qu'il est beau.
Lui meme peut ne pas se plaire pour des raisons incompréhensibles pour d'autres.