Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Nice prévoit de réserver des emplois publics pour les enfants de Harkis

Rédigé par Imane Youssfi | Mardi 10 Octobre 2017



Mairie de Nice
Mairie de Nice
Depuis lundi 9 octobre, la ville de Nice est devenue la première grande ville de France à prévoir un contingent d'emplois publics réservés aux enfants de Harkis.

Il s’agit d’emplois catégories B et C dont le nombre sera déterminé chaque année par un comité. Ce comité évaluera les besoins et les profils des demandeurs « sans concours ni condition d'âge », à la seule condition que les demandeurs soient inscrit sur une liste (voir encadré).

La région Provence-Alpes-Côte d'Azur a également réservé six postes dans des lycées pour des enfants de harkis, en application d'une loi de 2008.

« Le manque de reconnaissance et la persistance de difficultés d'insertion rencontrées par la première génération et leurs descendants sont encore perçues comme des discriminations à l'encontre de la communauté des Harkis », s’est justifiée la métropole Nice Côte d'Azur après l’annonce du dispositif.

Ali Amrane, président du Collectif des associations de harkis des Alpes-Maritimes et lui-même élu à Grasse comme adjoint au maire, espère « que ce n'est pas une mesurette de plus ». « Pourquoi ne pas commencer par titulariser les enfants de harkis déjà en contrats précaires ? » , s’est-il interrogé.

L’élu considère que le plan d'action pour les harkis de 2014 adopté sous la présidence de François Hollande est « très mal appliqué, car les grandes administrations comme la fonction publique pénitentiaire, hospitalière et les douanes ne recrutent pas les enfants de harkis en raison du niveau scolaire exigé : il faut un niveau baccalauréat ».

La métropole Nice Côte d'Azur regroupe 49 communes dans un département, les Alpes-Maritimes, où la communauté harkie représente environ 20 000 personnes.

Le saviez-vous ? Les Harkis et leurs descendants font en effet partie de ceux dont des emplois dans la fonction publique sont réservés, au même titre que les anciens militaires de même que ceux parmi eux qui sont blessés ou invalides, ainsi que les fonctionnaires et élus blessés en exercice ou encore les victimes de guerre et de terrorisme. Leurs conjoints et descendants peuvent aussi en bénéficier, et ce en catégorie prioritaire.

Les emplois réservés comptent pour 10 % des recrutements en catégorie B et C dans les fonctions publiques de l’Etat et hospitalières selon le ministère des Armées. Les enfants de Harkis sont inscrits sur la liste des emplois réservés depuis 2008.






Loading