Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Mulhouse : le maire dit non à un projet de mosquée turque

Rédigé par La Rédaction | Vendredi 13 Septembre 2013



« Il n’y aura pas de mosquée à la Mer rouge. » Ce sont les premiers mots prononcés par le maire UMP de Mulhouse, Jean Rottner, lors d’une réunion publique, jeudi 12 septembre. Sa réponse au projet porté par la Communauté islamique Millî Görüs (CIMG) était attendue par un grand nombre d’habitants présents à cette réunion qui a fait salle comble.

Le maire de Mulhouse y a annoncé son refus de voir construire une mosquée de 4 500m² dans une zone de la ville appelée Mer rouge. Jean Rottner a justifié sa décision en indiquant que cette zone économique n'est pas adaptée à l'aménagement d'une mosquée. Alors que le Plan local d'urbanisme (PLU) n'interdit pas pour le moment l'aménagement d'un lieu cultuel, il compte demander au conseil municipal de voter une modification du PLU pour rendre impossible cela.

Dans le même temps, le maire a assuré qu’il aidera la CIMG à trouver un autre terrain, rapporte L’Alsace. « Il n’y aura pas de mosquée à la Mer rouge, mais cela ne veut pas dire que nous ne travaillerons pas – que nous ne travaillons pas déjà –, avec Millï Görüs, dans le but de trouver une autre localisation, qui permette l’installation d’un lieu de culte dans notre ville. », a-t-il ainsi expliqué.

Sa décision est néanmoins mal vécue par les membres de la CIMG, qui s’étaient déjà fortement engagée sur un projet à Mer rouge. Ces derniers mois, ils indiquaient avoir signé un compromis de vente pour un terrain de 23 hectares et un ancien bâtiment France Telecom où ils souhaitaient aménager leur centre.

Irrité, le président de la Confédération islamique du Millî Görüş de l'Est, Eyüp Şahin, a déclaré : « Monsieur le maire a raison. Il n'y aura pas de mosquée à la Mer Rouge, il y aura une grande mosquée ! », avant de quitter la salle de la réunion publique. L’homme, surpris par ce qu’il qualifie de « volte-face » de la municipalité a ensuite indiqué qu'il ira au bout du projet tant que la loi le lui permettra.

Son attitude diffère de celle de nombreux habitants présents à la réunion, qui ont accueilli sous les applaudissements la décision de Jean Rottner. Ce projet de mosquée ne s’était pas attiré les faveurs d'une partie des Mulhousiens. Une autre mosquée, gérée par l’Association des musulmans d’Alsace (AMAL), est en cours de construction dans la ville.

Lire aussi :
Valbonne : une mosquée face à l’islamophobie de riverains
Mulhouse : du jambon par courrier postal adressé à une mosquée
RAME : les musulmans de l'Est se rassemblent
La Mosquée de Mulhouse sort de terre