Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 






Sur le vif

Mort de Zineb Redouane : sa famille porte plainte et réclame le dépaysement de l'affaire

Rédigé par Benjamin Andria | Lundi 15 Avril 2019



Mort de Zineb Redouane : sa famille porte plainte et réclame le dépaysement de l'affaire
Près de cinq mois après le décès brutal de Zineb Redouane à son domicile en marge d’une manifestation des Gilets jaunes à Marseille, sa famille a porté plainte pour « violences volontaires ayant entrainé la mort sans intention de la donner » et a réclamé un dépaysement du dossier, déplorant des « communications erronées » de la part du procureur de Marseille, fait savoir l’avocat de la famille, Me Yacine Bouzrou, lundi 15 avril.

Ce dernier a affirmé que le décès fait suite à « un arrêt cardiaque sur la table d’opération » en insistant sur le fait que le « choc facial n’était pas la cause du décès », ce que la famille de l’octogénaire réfute catégoriquement. Zineb Redouane avait confié à un proche avoir vu un membre des forces de l’ordre la regarder avant de la viser délibérément.

« Il se trouve que les éléments en notre possession et notamment le rapport d'autopsie démontrent clairement qu'il y a un lien direct entre la grenade reçue au visage par Mme Redouane et son décès, contrairement aux allégations médiatiques du procureur de Marseille », a indiqué sur France Inter Me Yacine Bouzrou.

« Nous déposons la plainte à Marseille, mais nous demandons à la justice de dépayser cette information judiciaire, car nous estimons que dans la mesure où un acteur majeur, c’est-à-dire le procureur de Marseille, a donné des éléments contraires au dossier dès le départ, nous craignons que cette information judiciaire ne se réalise pas sereinement, et que la manifestation de la vérité soit entravée par des communications erronées dans ce dossier », appuie l’avocat, d’autant que « le policier qui a tiré cette grenade n’aurait pas été identifié. Ce que nous ne comprenons pas dans une affaire aussi grave ».

« Nous imaginons bien que le décès n’était pas souhaité, et c’est la raison pour laquelle nous visons l’infraction de violence volontaire ayant entraîné la mort sans intention de la donner », a-t-il précisé.

Lire aussi :
Gilets jaunes à Marseille : une bavure dénoncée dans la mort d’une octogénaire