Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Points de vue

Mission parlementaire sur le voile intégral : honte à vous, Antoine Sfeir et Jean Glavany !

Par Françoise Duthu*

Rédigé par Françoise Duthu | Jeudi 17 Décembre 2009 à 00:00

           


Antoine Sfeir, auditionné le 8 décembre, par la mission parlementaire sur le voile intégral, en passe de faire voter une loi.
Antoine Sfeir, auditionné le 8 décembre, par la mission parlementaire sur le voile intégral, en passe de faire voter une loi.
La France est un pays de libre expression. À ce titre, tout un chacun peut être légitimement critiqué pour ce qu'il dit, écrit, fait.

Mais ces critiques doivent remplir une condition : ne pas contenir d'éléments mensongers ni diffamatoires.

Un personnage public est particulièrement critiqué ces dernières années en France : l'intellectuel Tariq Ramadan, aujourd'hui professeur d'université à Oxford.

Beaucoup de ces critiques sont fondées sur des a priori. Des a priori, nous en avons tous. La problème commence lorsque nous ne sommes plus en mesure de revoir nos opinions à la lumière des faits.

Récemment, Tariq Ramadan était auditionné à l'Assemblée nationale (voir la vidéo ci-dessous, partie 1, les autres sont à la suite), appelé comme personne ès qualité par le président de la mission parlementaire qui doit rendre un avis sur le port du voile intégral (dénommé couramment burqa).



Son propos introductif (voir vidéo ci-dessus), très instructif, a tenté d'éclairer la mission sur la réalité de la diversité interne à l'islam et d'attirer son attention sur les moyens d'agir avec efficacité. À la suite du jeu de questions-réponses, on a pu, au passage, se demander si certains membres de la mission avaient gardé en tête l'objet de l'audition : obtenir des éléments les éclairant pour leur recommandation finale à propos du voile intégral.

Il a parfois semblé qu'il s'agissait du procès de Tariq Ramadan (et notamment lorsque Jean Glavany, membre de la mission, s'est exprimé d'une manière particulièrement vive).

Quelques jours plus tard, c'était au tour d'Antoine Sfeir (directeur des Cahiers de l'Orient, président du Centre d'études et de réflexions sur le Proche-Orient et professeur en relations internationales au CELSA) d'être auditionné. Ce qui permit une nouvelle expression à Jean Glavany (député des Hautes-Pyrénées, ancien ministre de l'Agriculture sous Jospin, docteur en économie urbaine).

Voir leur brillante − navrante − prestation ci-après :




Leurs titres et leurs parcours indiquent qu'ils ont tous les moyens d'une appréciation critique fondée intellectuellement. Or que voit-on ? Une incapacité radicale à argumenter intellectuellement de la moindre façon plausible et l'usage de propos clairement diffamatoires sur le fond, mais courageusement… anonymes !

Antoine Sfeir regrette l'audition d'un « citoyen » qui n'est pas de notre pays et qui n'est pas professeur d'université − au passage, il rabaisse même le premier titre de Tariq Ramadan, qui était professeur au Collège de Genève (un lycée prestigieux en fait) et le réduit à être « à peine un professeur d'école » −, alors qu'il fut professeur à Notre-Dame aux États-Unis (le contrat a duré plusieurs mois), professeur à Rotterdam, et actuellement professeur à Oxford, qui ne pratique pas l'arabe − c'est énorme ! : c'est sa langue maternelle ! − et qui n'aurait pas de qualification théologique (son cursus à Al Ahzar fut « à l'ancienne » en cours particuliers intensifs…).

En outre, ce « citoyen » anonyme d'un autre pays aurait écrit qu'il appartenait aux Frères musulmans dans l'avant-propos de son ouvrage Aux sources du renouveau musulman (ce qui est faux, comme chacun peut le vérifier en se référant à l'ouvrage en question). Tout cela s'appelle mensonge.

Quant à Jean Glavany, ses arguments sont encore d'un niveau plus bas, le niveau policier. Il aurait cherché qui lui avait envoyé de nombreux mails, à la suite de sa prestation agressive et non argumentée lors de l'audition de la personne « non identifiée » dont parle Antoine Sfeir − il ne cite pas non plus le nom de Tariq Ramadan − et se serait aperçu que cet individu aurait payé des gens pour l'envoi de ces mails ! Qu'il le prouve !

On remarque, sur la vidéo, qu'André Gérin, président de la mission, laisse tenir ces propos ahurissants, clairement diffamatoires (dans leur esprit, mais non dans la forme : ces courageux critiques n'ont pas cité le nom, à aucun moment...) sans intervenir.

Ces propos répétés à l'extérieur de l'Assemblée nationale sous forme nominative auraient entraîné leurs auteurs devant un tribunal. Leur « courage » est tel que, même protégés juridiquement par leur intervention au sein d'une mission parlementaire, ils ne prononcent pas le nom de celui qu'ils diffament (sur le fond).

Leurs misérables interventions sont le signe d'une défaite de la pensée − la leur ! − et d'un déficit du débat démocratique, dans lequel tout est admis. Affligeant !

En y réfléchissant un peu plus, ces deux hommes ont quand même un certain courage : ils ne craignent pas le ridicule !



* Françoise Duthu est ancienne députée au Parlement européen (Verts/ALE - Alliance libre européenne). Maître de conférences en sciences économiques à l'université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense, elle est l'auteure de Le Maire et la Mosquée, islam et laïcité en Île-de-France (Éd. L'Harmattan, 2009).






Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par Fanny le 17/12/2009 11:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
BONJOUR
Totalement une honte pour cette commission! et dire que ce sont nos élus...
J'hallucine....

2.Posté par Fils de France le 17/12/2009 13:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le retour du "racisme ordinaire" ?

Suivant attentivement tous ces débats sur l'Islam depuis des années : le voile, le mouton dans la baignoire, l'islam et les médiévistes, la burqa, l'identité nationale (comprendre : l'Islam est-il soluble dans une République laïque héritière de la civilisation chrétienne ? ), les minarets, et maintenant les drapeaux et tam-tam dans les mariages.

J'en arrive aujourd'hui à me demander si le problème est réellement l'Islam ou plutôt, s'il ne s'agit pas là, tout simplement, en fait, d'une simple et lente évolution du bon vieux « racisme ordinaire » à l'endroit des étrangers et des « arabes » en particulier.

Mon postulat de départ étant assez simple :

- Nos sociétés (occidentales) de plus en plus cosmopolites, multiculturelles et métissées, ont rendu le « racisme ordinaire » caduque (et un peu ringard aussi).

- Notre héritage des lumières, anticlérical, nous a habitué à ne pas ménager les religions.
Et du fait des siècles d'oppression de l'église, cette critique légitime, c'est vu auréolé d'une vertu émancipatrice.

- Ainsi, la critique de la religion étant connotée de manière plutôt méliorative dans notre hexagone, et l'expression du racisme ordinaire étant devenu impossible (médiatiquement et politiquement parlant), l'Islam ne serait-il pas devenu le moyen rêvé pour certains d'exprimer à nouveau, des pensées ouvertement racistes et xénophobes, sans être inquiétés le moins du monde ?

J'ajouterai à cela, une autre dynamique particulièrement bien mise e...  

3.Posté par Hamid le 17/12/2009 14:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Sèlèm

J'étais choqué de l'intervention de certains députés pour ne pas dire tous.A vrai dire j'ai eu l'impression qu'ils ne l'ont même pas écouter, leurs but étaient tous simplement de porter des accusations non fondés et de colporter des mensonges.C'est bien regrettable de voir des députés à ce niveau là, ils ne veulent pas chercher de solution pour sensibiliser les femmes qui portent le Niba.Ils feront de la repression comme d'habitude en nous pendons encore une loi discriminatoire.
Douce france et le pays de mon enfance.....

4.Posté par parpaillan le 17/12/2009 19:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La burka est une honte, l'abaissement de la femme à l'état de fantôme, de personne qui n existe pas, qui doit se cacher de tout regard..Elle doit être interdite aussi bien en Afghanistan qu'en France...
Quant à Mr Ramadan, petit fils du fondateur des frères musulmans, tout le monde connait son double discours: modéré pour l'extérieur, et tout à fait sectaire et intégriste lorsqu il parle sans journaliste

5.Posté par smithfiald le 18/12/2009 03:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
parpaillan tu es minable à l'image de tes semblables racistes jusqu'à la moelle OUI !!!!!!! c'est du racisme purement et simplement pas d'excuses !

6.Posté par parpaillan le 18/12/2009 16:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@smithfiald

Tu n'as pas l 'air de bien maitriser la signification des mots..critiquer la burka ou l'islam ce sont des opinions sur des modes vestimentaires et une religion archaïque..Je ne vois pas où est le racisme là dedans surtout qu'il y a des femmes européennes converties (.pas très bien dans leurs têtes celles là!) qui la portent et la majorité des femmes musulmanes ne la porte pas..Donc aucune notion de couleur de peau n intervient dans ce débat... Pour des simples d'esprit comme toi qui ont l'insulte à la bouche en permanence, ce genre de notions doit être certainement difficile à percevoir..Un bon public pour Mr Ramadan..

7.Posté par habib scander le 06/01/2010 18:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
credibilité.crediilité

c'est ce qui manque au niveau de cette commission.
1-Mr sfeir et Mr Galvany s'interressent plus au nombril de Tarek Ramadan plutot qu'a ses idées ,ils s'enterrent dans leur confort intellectuel dogmatique face à une force naissante de vie en commun , respect des opinion de l'autre ,protection des minorites etc.
Ont-il vendu leur ames aux diable comme la Fourest et alors il seront à plaindre quand il se devouvriront sur le "miroir " de Dorian GRAY il comprendront qu'il ne peut y avoir d'eternelle jeunesse dans la pensée intellectuelle.
Et ce president de la commission qui donne la parole à Tarek Ramadan sur un postulat emis et qui "carcanne" le debat (il postule : la burqua est une atteinte aux mineures) on autait cru etre au siecle de l'inquisition .il manquait de lui demandait l'abjuration (comme ce fut le cas pour socrate et galilee).
Messieurs , la terre tourne et elle tourne encore.

8.Posté par habib scander le 06/01/2010 18:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
epistemologie

Un vrai debat sur la manifestation de la foi Islamique necessite volontairement à se hisser un niveau epistemologique que l'ont ne peut acquerir que par une recherche et une ecoute poussée (la plateforme d'exploration est immense ) et il ne faut s'attarder aux apparences tres factices.

9.Posté par Anti Ramadan le 12/01/2010 19:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bravo Messieurs Glavany et Sfeir !
je ne vois pas ce que Duthu leur reproche : s'interroger sur les mensonges de Ramadan c'est justement leur travail !
Duthu : à côté de ses pompes !
Tout le monde connait le double discours du triste Ramadan...sauf elle.
Tariq ramadan n'est pas un vrai prof d'université, c'est démontré. Et Duthu ?...
Honte à Duthu elle-même pour sa sottise pathétique.