Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Maroc : un hors-série d’un magazine catholique dédié à l'islam censuré

Rédigé par La Rédaction | Vendredi 3 Février 2012



Le dernier hors-série du magazine Pèlerin, intitulé « 50 clés pour comprendre l'islam », a été interdite de diffusion au Maroc. Le royaume a décidé de censurer ce numéro de 84 pages au motif qu'il contenait une « représentation » du Prophète Muhammad.

« Nous avons appris aujourd'hui que ce hors-série était censuré car nous aurions fait une représentation du Prophète. Or, il me semble qu'on ne voit jamais son visage dans le magazine », a déploré Claudine Daynac la responsable de la communication de la publication catholique.

En fait, le numéro incriminé comprend cinq miniatures anciennes d'origine turque et iranienne du XVIe et XVIIIe siècle où figure le Prophète à visage caché. « L’islam n’est pas une religion iconique. Toute figuration du Prophète réduit son image dans le cœur des croyants. L'islam est complètement différent de la religion chrétienne qui autorise la représentation de Dieu », explique à Pèlerin Tareq Oubrou, imam à Bordeaux, qui relève « l'important risque d’idolâtrie.»

« Le commun des croyants peut passer du Prophète à l'adoration de l'image. D'où le choc des musulmans de voir apparaître Muhammad, même son corps. Dans cette affaire, il s'agit là aussi d'une interdiction préventive du gouvernement marocain qui peut craindre des manifestations de l’ordre public », ajoute-il.

« Nous avons décidé de ressortir ce hors-série sur l'islam car en dix ans, le monde musulman et le regard porté sur lui en Occident a considérablement changé. Pour cette nouvelle édition, nous avons été très précautionneux y compris sur l'iconographie qui évite toute image caricaturale de l'islam et des musulmans. Notre volonté était de réaliser un numéro destiné au grand public dans le but de faire découvrir une religion méconnue en France avec sérieux et respect et non pas de créer des tensions. Il est regrettable que les autorités marocaines ne reconnaissent pas mieux ce travail », réagit Antoine d'Abbundo, rédacteur en chef de Pèlerin.




Loading