Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Malaisie : controverse autour d’un mariage d’une fillette de 11 ans à un homme de 41 ans

Rédigé par Lina Farelli | Mardi 3 Juillet 2018



Malaisie : controverse autour d’un mariage d’une fillette de 11 ans à un homme de 41 ans
En Malaisie, le mariage d’un commerçant prospère de 41 ans qui a déjà deux femmes avec une fillette thaïlandaise de 11 ans suscite l’indignation générale jusqu’à celle de l’Unicef. Une consternation partagée par une bonne partie de l'opinion publique en Malaisie, où l’âge légal minimal pour se marier est de 16 ans pour une fille et de 18 ans pour un garçon.

Alors que les défenseurs des droits des enfants se battent pour abolir la loi autorisant le mariage des enfants en Malaisie, un quadragénaire a épousé une fille âgée de 11 ans. Mais cela est loin d’être un cas isolé car, selon les organisations défendant les droits des enfants, elles sont près de 16 000 Malaisiennes de moins de 15 ans à être mariées aujourd’hui.

La vice-Première ministre Wan Azizah Wan Ismail a fermement condamné ce mariage qu’elle a qualifié d’illégal. En effet, selon la loi en vigueur en Malaisie, une fille âgée de moins de 16 ans ne peut pas se marier sans l’accord préalable des parents mais aussi d’un tribunal religieux lié aux services de l’État malaisien. Or le ministère de la Femme et des Familles affirme ne pas avoir eu trace de ce mariage dans ses registres. « Le mariage est illégal et ils doivent être séparés », a déclaré Wan Azizah Wan Ismail, par ailleurs ministre des Familles, dimanche 1er juillet.

« Pourquoi le père a-t-il permis à sa fille de se marier ? Était-ce parce que celui qui courtisait était un employeur (d'un membre de la famille) ? », a-t-elle soulevé, avant d’ajouter que, selon la mère, la fillette aurait été courtisée deux fois et qu’il a été demandé à son futur gendre d’attendre que la fille atteigne l’âge de 16 ans avant de consommer le mariage.

L'affaire est devenue publique après que la deuxième épouse de l'individu a choisi de porter plainte en apprenant ce que fit son mari. Dans le même temps, l’homme et celle qu’il a choisie pour troisième épouse ont indiqué à la presse locale que leur union est un mariage d’amour et qu’il était convenu pour la fille de ne pas quitter pour autant ses parents jusqu’à l'âge de 16 ans.

S’il venait à être démontré que le mariage a eu lieu sans l’autorisation du tribunal religieux, l’époux se verrait imposé une amende de 1 000 ringgit (212 euros) et d’une peine de prison de six mois. « Pédophilie, exploitation des enfants, pornographie infantile… Nous devons nous montrer fermes sur ces points, car les enfants sont sous notre responsabilité », a appuyé la vice-Première ministre.

De son côté, Marianne Clark-Hattingh, représentante de l’Unicef en Malaisie, considère que ce mariage est « choquant et inacceptable. L’Unicef appelle le gouvernement à remplir sa promesse d’interdire le mariage des enfants ». Des appels ont été lancés dans ce sens à travers la Malaisie.