Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Les Musulmans de Bosnie saluent l'arrestation de Zupljanin

| Mercredi 11 Juin 2008



Le leader des Musulmans de Bosnie a salué mercredi l'arrestation d'un ex-responsable policier serbe bosniaque, Stojan Zupljanin, tout en exigeant l'arrestation des derniers fugitifs réclamés par le Tribunal pénal international (TPI) pour l'ex-Yougoslavie. "Son arrestation est un pas dans la bonne direction", a déclaré dans un communiqué Haris Silajdzic, membre musulman de la présidence collégiale bosniaque.
Il a ajouté que Belgrade "devait" maintenant arrêter également les ex-chefs politique et militaire des Serbes de Bosnie, pendant la guerre interethnique dans cette ex-république yougoslave (1992-95), Radovan Karadzic et Ratko Mladic, inculpés par le TPI notamment de génocide en 1995.
Le troisième et dernier fugitif encore recherché par le TPI est l'ex-leader des Serbes de Croatie, pendant le conflit serbo-croate (1991-1995), Goran Hadzic.
Pour sa part, Murat Tahirovic, président d'une association d'anciens prisonniers des camps de détention serbes bosniaques, a déclaré à l'AFP: "J'espère que la Serbie a enfin compris qu'elle devait se débarrasser du fardeau qu'elle porte (...) et que les arrestations de Karadzic et de Mladic suivront", a-t-il dit à l'AFP.
Agé de 56 ans, Zupljanin a été arrêté dans la journée près de Belgrade.
Il a été inculpé pour son rôle présumé dans des crimes de guerre contre les communautés musulmane et croate dans le nord-ouest de la Bosnie.
Il est lié à des crimes commis dans plusieurs camps de détention mis en place dans cette région par les forces serbes dans les premiers mois de la guerre.
De son côté, le vice-président du parlement de Bosnie, le Serbe bosniaque, Mladen Ivanic a estimé que la Serbie a prouvé qu'elle était "déterminée à coopérer avec le TPI". "Je suis convaincu que désormais les relations entre la Serbie et le TPI vont s'améliorer", a-t-il déclaré à la radio locale.
Le Haut représentant de la communauté internationale en Bosnie, Miroslav Lajcak, a lui aussi salué l'arrestation de Zupljanin.
"Je vais continuer à faire tout ce qui dépend de moi pour aider à l'arrestation des inculpés de crimes de guerre" en fuite, a-t-il dit dans un communiqué.
"La pression sur leurs réseaux de soutien va se poursuivre, surtout que la traque se réduit maintenant sur les deux suspects les plus recherchés", a-t-il poursuivi en faisant référence à Karadzic et Mladic.
Fin mai, dans une tentative d'affaiblir le réseau de soutien à Zupljanin, M. Lajcak avait ordonné la saisie des documents de voyage de seize personnes accusées de soutenir sa cavale.




Loading