Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Les Algériens votent pour les législatives

| Jeudi 17 Mai 2007



Jeudi, les Algériens votaient sous haute surveillance pour renouveler leurs 389 députés, au lendemain d'un attentat terroriste et de l'appel au boycottage du scrutin lancé par Al-Qaïda.

Le taux de participation était particulièrement faible, s'élevant à 6,75% à 09H00 GMT, en baisse de près de 5 points par rapport à celui de 2002, à la même heure, a annoncé le ministre de l'Intérieur Yazid Zerhouni.

M. Zerhouni a appelé les Algériens à voter pour "rejeter le terrorisme et réaffirmer l'option démocratique". "Nous avons atteint un point de non-retour, tout le monde doit voter quel que soit son choix".
Il "s'agit plus de rejeter le terrorisme que d'élire la prochaine Assemblée populaire nationale" (APN), a-t-il lancé.

Aux législatives de 2002, le taux de participation avait été de seulement 46,17%. Les législatives ne soulèvent pas autant d'intérêt que les élections locales, départementales et communales, et l'élection présidentielle, a expliqué M. Zerhouni.

Les mesures de sécurité ont été renforcées dans les grandes villes et autour des bureaux de vote, pour prévenir toute attaque terroriste, au lendemain de l'attentat à la bombe qui a fait un mort et cinq blessés mercredi à Constantine (est).

Al-Qaïda au Maghreb (ex-GSPC), le Front des forces socialistes (FFS d'Aït Ahmed) et les dirigeants historiques du Front islamique du salut (FIS - dissous) ont appelé au boycottage des élections.

Les électeurs doivent choisir parmi 1.144 listes, représentant 24 partis politiques et 102 listes indépendantes, dont 44 à l'étranger. Il s'agit d'un scrutin de liste à la proportionnelle départementale.

Une Commission politique nationale de surveillance (CPNSEL) est chargée de veiller à la régularité de ces législatives. Le président Bouteflika, qui ne s'est pas engagé dans la campagne électorale, a appelé à "un scrutin transparent et régulier".




Loading