Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Sur le vif

Législatives : l'appel de Mélenchon aux « fachos pas fâchés » à voter NUPES fait parler

Rédigé par Lina Farelli | Jeudi 16 Juin 2022 à 13:25

           


Législatives : l'appel de Mélenchon aux « fachos pas fâchés » à voter NUPES fait parler
Jean-Luc Mélenchon a le verbe haut et il arrive que sa langue fourche. Du moins, c’est ce que le chef de file de la Nouvelle union populaire écologique et sociale (NUPES) prétend après son appel aux « fachos pas trop fâchés » à voter pour sa formation rassemblant les Insoumis, les communistes, les socialistes et les écologistes plutôt que le Rassemblement national au second tour des élections législatives dimanche 19 juin.

« S’il y a des fachos qui ne sont pas trop fâchés, mieux vaut qu’ils votent pour nous que de rester à la maison ou de voter pour elle (Marine Le Pen). Ça ne sert à rien », a-t-il lancé depuis le plateau de France 2 lundi 13 juin. Le leader de La France Insoumise s’est depuis excusé, évoquant un « lapsus ». Il déclare avoir voulu parler aux « fâchés pas fachos ». Mais son appel n’a pas manqué d’être repris par ses adversaires politiques prompts à assimiler extrême droite et extrême gauche. Un lapsus révélateur même pour le camp présidentiel. « Jean-Luc Mélenchon appelle les "fachos" à voter pour lui. On avait vu l’ambiguïté. C’est maintenant un rapprochement assumé avec l’extrême droite », a dénoncé sur les réseaux sociaux Christophe Castaner, le président du groupe de l'actuelle majorité présidentielle à l’Assemblée nationale.

La majorité est actuellement sous le feu des critiques de la gauche pour le manque d'engagement en faveur d'un front républicain contre l'extrême droite en cas de duel entre des candidats de la NUPES et du RN. Bien que le front républicain s'était affaibli ces dernières années, il a tout de même fait consensus parmi les malheureux candidats lors du second tour de la présidentielle qui affichait un duel entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Cette fois, du côté de la coalition Ensemble, on ne se bouscule pas pour défendre clairement et d'une seule voix ce principe du barrage contre l'extrême droite... D'âpres batailles entre les principales formations politiques se profilent donc au second tour.

Lire aussi :
Avec la NUPES, l'union populaire qui rassemble toutes les gauches... ou presque