Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Le politologue du Moyen-Orient Antoine Sfeir est mort

Rédigé par Lina Farelli | Mardi 2 Octobre 2018



Le politologue du Moyen-Orient Antoine Sfeir est mort
Fondateur de la revue « Les Cahiers de l'Orient », Antoine Sfeir a succombé des suites d’un cancer dans la nuit du dimanche 30 septembre au lundi 1er octobre à l’âge de 70 ans. Le politologue s’est imposé, selon le président du MoDem François Bayrou, comme « un passeur entre deux mondes, l’Orient et l’Occident ».

Né à Beyrouth en 1948 d'une famille chrétienne maronite, il était coresponsable du service étranger au quotidien francophone libanais L'Orient-Le Jour jusqu'à son enlèvement en 1976 par des milices palestiniennes sur ordre du régime syrien, en pleine guerre civile au Liban. Il se réfugie alors en France où il travaille auprès de divers journaux dont La Croix avant de fonder sa revue en 1986.

Antoine Sfeir est auteur d'une vingtaine d'ouvrages sur le monde arabe et l’islam. En 2012, son livre choc L’islam contre l’islam : l’interminable guerre des sunnites et des chiites lui permet de remporter le prix Livre et droits de l’Homme à Nancy. Les analyses du politologue n'ont toutefois pas fait toujours l'unanimité. Avec l'arrivée des Printemps arabes, Antoine Sfeir fut notamment accusé de complaisance envers le régime de Ben Ali en raison de son livre Tunisie, terre de paradoxes, publié en 2006.

Le politologue, président de l'Institut libre d’étude des relations internationales (Ileri) depuis 2014, a également lancé en 2008 avec Jean-Michel Quillardet, ancien grand maître du Grand Orient de France, l'Observatoire international de la laïcité contre les dérives communautaires (différent de l'Observatoire de laïcité présidé par Jean-Louis Bianco et rattaché à Matignon), qui a participé à l’élaboration de la charte de la laïcité à l’école.