Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Le journaliste se porte bien

| Mardi 18 Décembre 2007



Le journaliste français enlevé dimanche en Somalie est en bonne santé, déclare un "ancien" d'un clan local qui a pu le rencontrer.

Les ravisseurs réclament une rançon de 80.000 dollars en échange de la libération de Gwen Le Gouil.

"Nous avons vu le journaliste français. Il va bien. Nous avons tenté de convaincre ses ravisseurs de le libérer mais ils ont refusé et exigent une rançon de 80.000 dollars", a dit Abdulqadir Ahmed, qui a précisé qu'il allait poursuivre dans la journée ses négociations.

Le Gouil, selon plusieurs témoignages, est détenu dans le village de montagne de Mareero, à une trentaine de kilomètres à l'est de Bossasso, dans la région semi-autonome du Puntland (nord de la Somalie).

Le journaliste enlevé se trouvait au Puntland pour effectuer un reportage pour la chaîne de télévision franco-allemande Arte sur le trafic d'êtres humains entre l'Afrique et l'Arabie saoudite via le Yémen.

Reporters sans frontières (RSF) et le Syndicat national des journalistes somaliens (Nusoj) ont dénoncé l'enlèvement, qui démontre selon eux les dangers de l'exercice du métier de journaliste en Somalie.

Huit journalistes locaux ont trouvé la mort dans ce pays de la Corne de l'Afrique cette année seulement, faisant de la Somalie le pays le plus dangereux au monde pour les journalistes après l'Irak, a souligné RSF.




Loading