Connectez-vous S'inscrire






Conso

Le jardinage en ville, c’est possible !

Rédigé par Catherine Guenach | Mercredi 22 Mars 2017

Cultiver est une activité ludoéducative et qui contribue au bien-être des petits et des grands. Même si nous sommes dans les premiers jours du printemps, le froid fait autant peur aux plantes qu’au jardinier. « En avril, ne te découvre pas d’un fil », dit sagement le dicton. Heureusement, il est tout à fait possible de s’en protéger en pratiquant le jardinage intérieur, sans oublier toutefois de préparer balcons et terrasses aux ensoleillements printaniers et estivaux tant attendus. Explications !



Le jardinage en ville, c’est possible !
L’accès à la terre est rare en milieu urbain. Mais si cette chance se présente, il devient possible de créer un jardin potager. Si le fait de désherber dérange, on peut simplement recouvrir l’espace à cultiver avec du papier journal, au-dessus duquel seront ajoutés 20 centimètres de terre de culture.

Jardiner hors sol est également possible si on n’a pas accès à un terrain de culture ou si la terre dont nous disposons est de piètre qualité. Tous les contenants possédant des trous de drainage et un volume qui permet aux racines de se développer peuvent être utilisés. Il ne vous reste donc qu’à vous soucier de l’esthétique, tout en misant sur le recyclage.

Quelques petites modifications comme l’ajout d’une réserve d’eau sous le terreau de culture ne seront que bénéfiques pour vous et vos plantes. Toujours pas satisfait-e ? Informez-vous sur les sacs de géotextile, les bacs de cultures bioponiques ou encore sur la technique de l’écobox.

Une cour arrière, un parterre avant, une toiture ou un balcon sont des espaces de culture potentiels. Plusieurs techniques permettent de faire du jardinage dans ces espaces réduits.

Le jardinage vertical

Utiliser des systèmes de culture verticale est le meilleur moyen d’éviter l’encombrement. En effet, le manque d’espace au sol n’est pas un problème, il suffit d’un ensoleillement et de l’eau pour créer son potager. Les plantes peuvent être cultivées étage par étage sur une structure prévue à cet effet.

Face au froid qui pointe encore en ces premiers jours de printemps, le jardin d’intérieur demeure encore approprié. L’avantage de miser sur un jardin intérieur est qu’il fournit des aliments frais durant toute l’année.

On peut alors aménager des « fenêtres maraîchères », des installations accrochées à proximité des fenêtres pour capter la lumière naturelle. Mais toutes les plantes ne sont pas adaptées au jardin vertical, voire au jardin d’intérieur.

Pour le jardin potager vertical, les candidates retenues sont celles qui ne nécessitent pas trop de terre pour le développement de leurs racines et qui ne sont pas lourdes. On peut citer comme exemple la salade, le persil, la courge, la tomate cerise, le cresson ou le basilic. Si le contenant le permet, on peut aussi cultiver des piments.

Très parfumé, le jasmin peut s'épanouir en pot ou en jardinière. Son odeur a un effet relaxant.
Très parfumé, le jasmin peut s'épanouir en pot ou en jardinière. Son odeur a un effet relaxant.

Le jardinage intérieur

Les plantes les plus vulnérables au froid et les plantes tropicales aiment être à l’abri. On y retrouve les agrumes, le géranium, l’orchidée ou encore le jasmin. Aux beaux jours, on les sortira au grand air pour profiter de leur fleurissement et de leur parfum.

La santé et le bon développement des plantes d’intérieur répondent à plusieurs conditions. D’abord, elles ont besoin d’une luminosité suffisante pour que la photosynthèse ait lieu. Si l’endroit est sombre, il faudra installer un éclairage artificiel ou bien choisir des espèces végétales qui s’adaptent mieux à l’ombre. Pour que le feuillage soit homogène, il est aussi conseillé de tourner les pots régulièrement (un quart de tour à chaque fois) vers la source de lumière.

Il faut ensuite se soucier de la température, une forte chaleur pourrait dessécher les plantes d’intérieur. L’arrosage doit être régulier, mais il faut attendre que la surface de la terre soit sèche avant d’en mettre de nouveau. Trop d’eau pourrit la plante.

Comprendre les plantes

Les plus attentionné-e-s comprendront vite quand quelque chose ne va pas, puisque les plantes nous envoient des signaux.

Les feuilles jaunes peuvent signifier que vous avez été trop généreux-se sur l’arrosage, les racines ne respirent pas lorsque le mélange est saturé d’eau. La perte brutale des feuilles est probablement le résultat d’un choc lors d’un déplacement, de courant d’air ou d’une modification dans son environnement.

Dépérissement, perte de couleur ou d’autres problèmes ont tous des explications, il faut « être à l’écoute » et aux petits soins.

Facile à cultiver, la tomate cerise, au goût bien sucré, est une plante de prédilection pour les enfants.
Facile à cultiver, la tomate cerise, au goût bien sucré, est une plante de prédilection pour les enfants.

Les bons gestes du printemps

L’apport nutritif doit aussi être régulier, en respectant les doses prescrites. D’ailleurs le printemps est propice au renouvellement du terreau de vos plantes. Pensez à les rempoter et éventuellement à les nourrir avec un engrais qui favorisera le démarrage de la végétation de vos plantes qui s’étaient endormies durant l’hiver.

À cette occasion, nettoyez les feuilles des plantes d’intérieur qui ont pris la poussière et commencez à composer de belles jardinières pour vos balcons et terrasses qui vous raviront tout l’été.

Associez vos enfants dans le choix des graminées, des annuelles et des bulbeuses mais aussi dans le choix des contenants. Faites-les participer au rempotage des plantes que vous venez d’acheter.

Avoir la main verte s’acquiert dès le plus jeune âge. C’est un plaisir de combiner couleurs des fleurs et textures des feuillages, de voir croître les graines, les bulbes ou la petite plante qu’on a mis en pot et d’être sensibilisé-e à la beauté de Nature, même en étant un-e (jeune) citadin-e.





Loading