Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Le chantier de la future mosquée Adda'wa enfin relancé

| Mardi 2 Septembre 2008



Le chantier de reconstruction de la mosquée Adda’wa (XIXe ) était au point mort depuis plus de deux ans. Il vient enfin de redémarrer… à la veille du ramadan. Depuis quelques semaines, les engins de travaux sont de retour sur le site du 39, rue de Tanger pour préparer les fondations du bâtiment. Un espace cultuel islamique plus qu’une mosquée. Le futur site accueillera en effet une salle de prière de mille six cents places surmontée d’une coupole mais aussi, côté rue, un bâtiment de sept étages avec des salles de conférence, des salles de classe et des locaux pour des activités socioculturelles.

Un projet très attendu par la communauté musulmane parisienne. Avant la destruction des anciens entrepôts Bouchara de la rue de Tanger (transformés en salle de prière depuis 1979), Adda’wa était la deuxième mosquée de la capitale. Juste derrière la grande mosquée historique du Ve arrondissement. Dans les grandes occasions, le lieu de culte pouvait accueillir jusqu’à quatre mille fidèles. L’interminable chantier de reconstruction de cette emblématique mosquée a mis en lumière le manque criant de lieux de culte musulman dans la capitale (lire ci-dessous).

Pendant la durée des travaux (entièrement financés par l’association cultuelle du XIXe ), la mairie de Paris a mis à la disposition des responsables de la mosquée un terrain à la porte de la Villette. Le site, coincé entre le bâtiment des Restos du coeur et celui de la brigade d’assistance aux sans-abri, accueille, depuis 2006, une salle de prière provisoire. En fait, un immense hangar métallique où les fidèles s’apprêtent à suivre leur troisième ramadan. « Pour du provisoire, c’est un site tout à fait satisfaisant », commentait, hier, un des membres du conseil d’administration de l’association cultuelle en attendant la prière du soir. « On a cependant perdu une bonne partie de nos fidèles en déménageant », précisait-il aussitôt. Ahmed, un habitant du XIXe qui observe le ballet des bulldozers sur le chantier de la rue de Tanger, le confirme bien volontiers. « Je ne suis jamais allé dans la mosquée provisoire. C’est trop loin… et puis, ce n’est plus vraiment notre mosquée », lâche le musulman pratiquant, qui préfère faire ses prières chez lui. « Je retournerai à Adda’wa quand la mosquée sera reconstruite rue de Tanger », conclut-il.

Pas sûr que ce soit tout de suite ! « La tradition musulmane interdit le recours à l’emprunt. La nouvelle mosquée sera entièrement financée par les dons des fidèles », rappelle-t-on à l’association cultuelle du XIXe .

Aussi, le budget du projet (on évoque une facture de plus de 14 M€) est-il très loin d’être bouclé. Récemment, Larbi Kechat, le recteur de la mosquée, qui était hier aux Emirats, aurait indiqué qu’il ne disposait que d’un budget pour construire… les fondations. Le chantier de la rue de Tanger va-t-il à nouveau s’interrompre une fois cette étape terminée ? « La nouvelle mosquée sera prête pour 2010 ou 2011… si Dieu le veut », rassurait hier un fidèle devant le chantier.




Loading