Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Le Cran veut plus de noirs

| Jeudi 9 Août 2007



La population noire n'est pas assez présente dans la Fonction publique, et notamment dans les hautes sphères de l'Etat, a estimé mercredi le Conseil représentatif des associations noires (Cran), demandant qu'une "étude pilote" soit menée au sein de la Fonction publique hospitalière.

En l'absence de toute statistique sur le sujet, le Cran souhaite que soit mis en place "un outil de la diversité", a rappelé Patrick Lozes, président de cette association créée en 2005 pour promouvoir la place des noirs au sein de la société française, qui était reçu par le secrétaire d'Etat chargé de la Fonction publique, André Santini.

La Fonction publique hospitalière, qui compte près de 2 millions de personnes, est "emblématique", a déclaré M. Lozes à l'AFP, à l'issue de son entretien.

Dans les hôpitaux publics, "il y a une concentration de nos concitoyens noirs, notamment originaires de l'Outre-mer, parmi les catégories les plus modestes, comme les aides-soignants ou les agents d'entretien", souligne-t-il, souhaitant qu'une étude pilote soit menée dans cette administration.

De manière générale, "dans la Fonction publique, on trouve des noirs dans la catégorie C, la plus basse, mais "pratiquement plus quand on monte vers les catégories B et surtout A" (encadrement), a-t-il poursuivi.

Ainsi "il n'y a pas de noirs parmi les 173 ambassadeurs de France actuellement en poste", a-t-il dit, estimant "à peine croyable que parmi les presque deux millions de noirs en France, la diplomatie française ne puisse pas en trouver au moins un digne de représenter son pays".

Selon lui, M. Santini "a reconnu lui-même que la Fonction publique devait donner le bon exemple", sans cependant "prendre d'engagement ferme".

Le secrétaire d'Etat à la Fonction publique a rappelé que l'Etat proposait depuis août 2005 un dispositif permettant à des jeunes peu qualifiés de moins de 26 ans d'intégrer la Fonction publique, appelé PACTE.

De plus, une allocation de 2.000 euros sera mise à la disposition de jeunes issus de milieux défavorisés à partir de septembre pour les aider à préparer les concours d'entrée dans la Fonction publique.





Loading