Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Lampedusa : des migrants traités comme des animaux (vidéo)

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 19 Décembre 2013



Une vidéo diffusée lundi 16 décembre sur la chaîne italienne TG2 fait scandale. On y voit une dizaine de migrants faire la queue pour être douchés nus dehors dans le froid. Ces images ont été prises dans le centre de rétention de Lampedusa par un réfugié syrien à l’aide de son téléphone portable.

Elles dévoilent la manière inhumaine et dégradante avec laquelle sont traités les migrants sur cette île italienne, porte de l’Europe pour nombre d’entre eux. Khalid, le jeune homme qui a filmé ces images, explique que cette scène s’est déroulée le 13 décembre et que cette opération consistant à asperger les migrants de produit désinfectant a lieu toutes les semaines pour « lutter contre les maladies comme la gale » que certains ont contractée sur l’île. « On est traité comme des chiens », s’insurge-t-il.

En Italie, la diffusion de cette vidéo a aussitôt suscité un tollé. Les conditions d’accueil du centre de rétention géré par une coopérative sous la responsabilité du ministère de l’Intérieur sont vilipendées. La maire de Lampedusa, Giusi Nicolini, a même comparé la structure à un « camp de concentration ». La ministre de l’Intégration Cécile Kyengue, première femme noire dans un gouvernement italien, a appelé à un changement urgent des modalités de gestion des centres d’accueil. Le président du Conseil italien, Enrico Letta, a quant à lui affirmé son intention de « mener une enquête approfondie et d'établir les responsabilités ».

« La dégradation dans ce centre d'accueil est inacceptable. Des familles entières doivent dormir en plein air, même quand il pleut », a dénoncé le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). La surpopulation du centre est également pointée du doigt par l’organisation. Du côté de Bruxelles, la Commission européenne a dénoncé des « traitements épouvantables infligés aux migrants » et menacé Rome de sanctions. Sur Twitter, Cecilia Malmström, la commissaire de l'UE aux Affaires intérieures, a annoncé qu'une enquête a été ouverte dans beaucoup de centres de rétention, dont celui de Lampedusa. « Nous n'hésiterons pas à lancer une procédure d'infraction », a-t-elle averti.

Les drames de l’immigration seront d’ailleurs un sujet débattu au Conseil européen dès jeudi 19 décembre, moins de trois mois après le naufrage d’une embarcation aux abords de Lampedusa qui a fait des centaines de victimes.

Lire aussi :
Lampedusa : des dizaines de corps repêchés
Immigration : plus de 130 morts à Lampedusa