Connectez-vous S'inscrire






Monde

La plus grande mosquée d’Asie centrale, financée par la Turquie, inaugurée au Kirghizistan

Rédigé par | Vendredi 7 Septembre 2018



C'est au Kirghizistan que la plus grande mosquée d'Asie centrale a été inaugurée en grande pompe à Bichkek, dimanche 2 septembre, par le chef de l'Etat, Sooronbai Jeenbekov, et son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, en visite officielle dans le pays. © AKIPress
C'est au Kirghizistan que la plus grande mosquée d'Asie centrale a été inaugurée en grande pompe à Bichkek, dimanche 2 septembre, par le chef de l'Etat, Sooronbai Jeenbekov, et son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, en visite officielle dans le pays. © AKIPress
C'est au Kirghizistan que la plus grande mosquée d'Asie centrale a été inaugurée en grande pompe à Bichkek, dimanche 2 septembre, par le chef de l'Etat, Sooronbai Jeenbekov, et son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, en visite officielle dans le pays. La Turquie, via la fondation Diyanet, la Présidence turque des affaires religieuses rattachée au cabinet du Premier Ministre, a en effet financé la construction du lieu de culte, qui a débuté en 2012.

La méga-mosquée, qui porte le nom de l’imam Al-Sarakhsi, un juriste musulman important de l'école hanafite au XIe siècle, est construite sur un terrain de plus de 14 hectares et affiche une capacité d’accueil de 20 000 personnes. La grande salle de prière, aménagée sur plus de 7 000 m², peut accueillir à elle seule 9 000 fidèles. Le complexe compte, en parallèle, d’autres salles de prière de moindre envergure, des salles de classe et des salles de conférence.

L’architecture et le design de cette mosquée partagent beaucoup de similitudes avec la mosquée de Kocatepe, à Ankara, qui peut accueillir quelque 25 000 fidèles depuis son inauguration en 1987, après 20 ans de travaux. La mosquée centrale de l'imam Al-Sarakhsi compte quatre minarets hauts de 68 mètres. Deux grands lustres décorés par des objets datant de l’époque ottomane ornent l'intérieur du bâtiment principal où se trouve une coupole de 37 m de hauteur et de 23 m de diamètre.

Sooronbai Jeenbekov et Recep Tayyip Erdogan © AKP/Twitter
Sooronbai Jeenbekov et Recep Tayyip Erdogan © AKP/Twitter

La Turquie maintient son influence en Asie centrale

Lors de sa visite officielle dans le pays, le président turc a appelé à un renforcement des liens et des coopérations entre la Turquie et le Kirghizistan, notamment en matière de transport commercial aérien. Il a également exprimé son souhait de participer aux travaux de reconstruction des aéroports du Kirghizistan. « J'espère que cet édifice devient un moyen de bien et qu'il renforce les liens de religion, de langue, d'histoire et de culture entre nous et le Kirghizistan », a fait savoir Recep Tayyip Erdogan, cité par l'agence Anadolu.

Ce dernier a tout de même exhorté le président kirghize de la nécessité de faire la chasse aux groupes liés au mouvement Gülen présents au Kirghizistan, en affirmant qu'ils peuvent infiltrer l'appareil d'Etat et déstabiliser le pays. La Turquie, qui accuse le mouvement d'être derrière la tentative de coup d'Etat en 2016, fait pression auprès de ses alliés en Asie centrale de fermer les écoles affiliées à Gülen. Une demande qui avait été rejetée par le Kirghizistan, alors présidé par Almazbek Atambaev, créant alors des tensions entre les deux pays.

Lorsque Sooronbai Jeenbekov, élu à la tête du Kirghizistan en octobre 2017, a consacré en avril 2018 sa première visite en dehors des républiques de l'ex-URSS à la Turquie, Recep Tayyip Erdogan avait réitéré sa demande de lutter contre ce qu'il nomme l'Organisation terroriste Fethullah (FETÖ), sans réponse formelle des autorités kirghizes. La Turquie, avec sa diplomatie économique comme culturelle et religieuse, entend plus que jamais renforcer son influence sur l'ensemble des républiques turcophones d'Asie centrale, une région stratégique voisine de deux puissances régionales que sont la Russie et la Chine.


Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur