Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

La mosquée de Limoges profanée, Manuel Valls réagit

Rédigé par La Rédaction | Mercredi 12 Septembre 2012



Les portes de la mosquée de Limoges ont été profanées avec des excréments dans la nuit de mardi 11 à mercredi 12 septembre.

La mosquée de Limoges avait déjà été profanée par des tags racistes en juillet dernier.

Une fois n’est pas coutume, c’est Manuel Valls qui a annoncé cette triste nouvelle qu’il a fermement condamné. Dans un communiqué, le ministre de l'Intérieur en charge des cultes « tient à rappeler que s'attaquer à une religion, c'est s'attaquer à la République ».

« Manuel Valls condamne avec la plus grande fermeté la nouvelle profanation de la mosquée de Limoges, dont les portes, la nuit dernière, ont été souillées par des excréments. Cet acte porte gravement atteinte à la dignité des musulmans et choque l'ensemble des citoyens attachés aux valeurs de respect et de tolérance », selon le communiqué de la place Beauvau.

Le ministre « assure les communautés musulmanes de Limoges et de France de son entier soutien. Il réaffirme enfin sa détermination, ainsi que celle des services de police en charge des investigations, à identifier le ou les auteurs de ces agissements intolérables, afin de les déférer à la justice », a-t-il ajouté.

De son côté, le Conseil français du culte Musulman (CFCM) appelle dans un communiqué « les musulmans de France à la vigilance et à la sérénité face à la multiplication de ces actes de provocation lâches et méprisables. Le CFCM exprime son soutien total aux responsables des mosquées profanées et sa solidarité avec l’ensemble des musulmans de France fortement indignés par ces actes xénophobes. »

Lire aussi :
Yvelines : tags racistes sur deux salles de prière
Islamophobie : la mosquée d’Agen taguée
Un cocktail Molotov jeté contre la mosquée de Libourne
Islamophobie : la mosquée de Montauban profanée avec des têtes de porc
Gironde : tags racistes sur un lieu de prière
Islamophobie : la Grande Mosquée de Limoges taguée
Les actes anti-musulmans en hausse de 58 % en 2011, l'islamophobie d'Etat dénoncé (CCIF)