Connectez-vous
Islam | Musulman | Toute l’actu sur Saphirnews.com

Facebook
Twitter
Google+
Dailymotion
YouTube
Rss




Société

Les actes anti-musulmans en hausse de 58 % en 2011, l'islamophobie d'Etat dénoncé (CCIF)

L’engagement citoyen nécessaire

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Jeudi 12 Avril 2012

Pas un jour ne passe sans qu’il n’y ait un acte islamophobe en France commis contre des individus ou des institutions, estime le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF). Selon le rapport 2012 de l’association, consulté par Saphirnews et qui va être rendu public sous peu, les actes islamophobes dans le pays sont en hausse de 58,5 % en 2011 comparé à 2010, balayant ainsi d’un revers de main les premiers chiffres communiqués par le Conseil français du culte musulman (CFCM). Sur les 298 actes recensés, les musulmanes restent les premières victimes (84,7 %). Selon le président du CCIF, Samy Debah, un engagement accru des musulmans de France dans la vie politique du pays est une solution pour combattre les discours islamophobes de la classe politique.



Les actes anti-musulmans en hausse de 58 % en 2011, l'islamophobie d'Etat dénoncé (CCIF)
L’islamophobie gagne du terrain en France. Avec pas moins de 298 actes anti-musulmans recensés en 2011, l’islamophobie est bien la première forme de racisme dans l’Hexagone qui enregistre la plus forte augmentation, soit 58,5 % selon le rapport 2012 du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF). Un chiffre très en-deçà des 34 % annoncés par l’Observatoire contre l’islamophobie en France, rattaché au Conseil français du culte musulman (CFCM), et par la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH), qui tirent ce chiffre du ministère de l’Intérieur.

« Ce chiffre n’est pas crédible. Le ministère ne comptabilise pas les actes de discriminations envers les musulmans, qui sont les plus nombreux. Il comptabilise encore moins les actes islamophobes dans les services publics car ils ne les considèrent tout simplement pas comme tels, sous couvert de la laïcité. C’est pourquoi on parle d’islamophobie d’Etat : après une légitimation de l’islamophobie, on va vers sa légalisation », nous explique Samy Debah, président du CCIF, en faisant référence notamment à la proposition de loi « anti-nounous voilées » et celle interdisant les mères voilées d’accompagner leurs enfants lors de sorties scolaires.

L’Etat est le « principal pourvoyeur d’islamophobes ». 53 % des actes visant les individus se déroulent au sein d’un service public, et plus particulièrement à l’école. « Un acte sur deux dans le service public est le fait d’un agent de l’Education Nationale », fait savoir le CCIF.

Les musulmanes voilées les plus vulnérables

Sur les 298 actes recencés en 2011, 262 ont visé des individus, correspondant à une augmentation de 72 % par rapport à 2010. Comme lors des précédents rapports du CCIF, ce sont encore une fois les musulmanes qui sont les premières victimes de l’islamophobie : 84,73 % des cas les ont visé, soit 10 % de plus qu’en 2010.

Autre constat : l’usage de la violence à l’encontre des musulmans est plus marqué. Une agression sur cinq est physique et 22 % des actes relèvent des atteintes interpersonnelles, « soit 11 fois plus qu’en 2007 et 2008 ». Plus encore dès lors qu’une musulmane porte le voile puisque 94 % des cas d’agressions physiques et verbales les touchent. « Phénomène plutôt récent, 13,74 % des actes se déroulent au sein d’entreprises de service privées : auto-écoles, salles de sport, centres de bronzage, centre de formation professionnelle interdisent l’accès aux femmes voilées », dénonce le CCIF. L’islamophobie dans le cadre du travail est aussi en forte hausse, passant de 3,59 % des actes recensés en 2010 à 11,45 % pour 2011.

Des chiffres encore largement sous-estimés pour le CCIF

Les actes islamophobes touchant les institutions sont également en forte hausse. « Si 21 mosquées ont été visées, les attaques touchent désormais aussi les associations, centre culturels ou boucheries halal », insiste-on.

Malgré l’aggravation conséquente du phénomène constatée par le CCIF en 2011, l’association estime que leurs chiffres restent très en-deçà de la réalité, expliquant ce fait notamment par « le manque de confiance des musulmans envers les institutions ». Selon M. Debah, « le CCIF est certes mieux connu qu’avant mais il n’a pas atteint le degré de notoriété d’autres organisations des droits de l’homme ». « On peut affirmer qu’il n’y a pas un jour qui passe en France sans qu’il y ait un acte islamophobe », estime-t-il.

Le changement par la mobilisation électorale

« Vu les postures prises par différents partis, notamment le PS, on peut craindre que l’année 2012 ne soit pas meilleure pour les musulmans… à moins que les musulmans se mobilisent pour faire valoir ses droits », déclare M. Debah.

Le CCIF fait partie des cinq organisations à avoir lancé l’initiative « Bougez, Votez » dont le but est d’appeler les musulmans à participer à la vie politique française, à commencer déjà par le vote. « Nous constatons que les hommes politiques s’attaquent aux maillons faibles de la République, en l’occurrence aujourd’hui les musulmans » en raison de leur faible engagement politique qui fait que « le risque pris par une figure politique lorsqu’il/elle adopte une position islamophobe » est moindre « de devoir en payer les conséquences ». « Nous sommes persuadés que s’ils se mobilisent en masse à chaque élection, les discours publics vont changer (…), les politiques seront plus attentifs à leurs doléances », assure-t-il.

La lutte contre l’islamophobie n’est clairement à ce jour pas une priorité des pouvoirs publics. Et si les musulmans les poussaient à en faire une priorité ? Les bureaux de vote leur sont ouverts.



Hanan Ben Rhouma


Société | Religions | Economie | Monde | Culture & Médias | Votre revue de presse | Politique


Inscription à la newsletter



Loading





L'actu vue par Yace