Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

La mosquée d’Auch ravagée par un grave incendie

Rédigé par La Rédaction | Lundi 24 Août 2015



La mosquée d'Auch (Gers, en Midi-Pyérnées) a été dévastée par un incendie dans la nuit du samedi 22 au dimanche 23 août. (Photo : capture d'écran reportage iTELE, 23 août 2015)
La mosquée d'Auch (Gers, en Midi-Pyérnées) a été dévastée par un incendie dans la nuit du samedi 22 au dimanche 23 août. (Photo : capture d'écran reportage iTELE, 23 août 2015)
Ce serait l’attaque la plus grave depuis des décennies. Ce week-end, dans la nuit de samedi 22 à dimanche 23 août, un incendie a quasi détruit la mosquée du centre-ville d’Auch, dans le Gers. Le feu s’est déclaré vers 3 h 30 du matin et a détruit 70 % du bâtiment, dont la toiture qui s’est effondrée.

Le procureur de la République d’Auch a déclaré à l'AFP qu’une enquête a été ouverte pour savoir s'il s'agit d'un accident ou d'un acte criminel. C’est l'identité judiciaire de Toulouse qui est chargée en ce début de semaine d'aider à déterminer les causes du sinistre. « Si le caractère criminel de ce dernier est avéré, il serait l’un des plus graves qu’aient connu les mosquées de France depuis des décennies », déplore Mohammed Mousaoui, président de l’Union des mosquées de France (UMF), qui appelle les musulmans de France à « apporter leur aide pour sa reconstruction ».

Exprimant « son total soutien aux responsables et aux fidèles de la mosquée d’Auch », le Conseil français du culte musulman (CFCM), par la voix de son président Anouar Kbibech, « souhaite que l’enquête qui a été ouverte sous l’autorité du Parquet fasse rapidement toute la lumière sur les circonstances exactes de cette destruction pour savoir s’il s’agit d’un accident ou d’un acte criminel ». Le procureur de la République dit vouloir « savoir si c'est effectivement accidentel ou pas. Pour l'instant, je n'ai pas de raison de penser que cela le soit et on ne peut pas dire sur Auch qu'il y ait des tensions communautaires ». A propos de l'hypothèse criminelle, il a affirmé ne pas avoir « du tout d'éléments dans ce sens pour l'instant ». Le communiqué du ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve indique toutefois que « les premières constatations conduisent cependant à ne pas écarter d’emblée son origine malveillante ».

Il y a quelques mois, peu après les attentats de janvier à Paris, la petite mosquée avait déjà été visée par des inconnus qui ont jeté des lardons par-dessus son portail. « Le nombre d’actes islamophobes commis uniquement en janvier 2015, à savoir 178, dépasse largement les actes commis durant toute l’année 2014, à savoir 133 », avait rappelé l’Observatoire national de lutte contre l’islamophobie, mis en place par le CFCM, dans son bilan annuel.

Lire aussi :
Une mosquée parisienne visée par un incendie
Des tirs à balles réelles contre une mosquée de Carpentras
Un incendie criminel vise la mosquée de Mâcon
Après-Charlie, les actes islamophobes explosent de 500 % en 2015