Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

La Russie oppose un non ferme

| Mardi 17 Juillet 2007



Lundi, la Russie a fermement rejeté le projet américano-européen proposant de mettre un terme à la présence des Nations unies au Kosovo et de les remplacer par des représentants européens chargés d'administrer la province serbe.

Vitali Tchourkine, ambassadeur russe à l'Onu, a déclaré que ce projet amendé de résolution constituait en réalité un moyen détourné d'accorder l'indépendance au Kosovo, même si ce texte propose de nouvelles discussions pendant 120 jours entre Belgrade et Pristina.

"Les conséquences de cette résolution - si elle était adoptée par le Conseil de sécurité et la probabilité est nulle - seraient qu'au bout de 120 jours, nous serions là en train de dire que nous ne savions pas vraiment ce que nous faisions quatre mois plus tôt", a dit Tchourkine après des consultations entre membres du Conseil.

"Quasiment la totalité du texte et peut-être particulièrement les annexes sont imprégnées du concept de l'indépendance du Kosovo", a jugé Tchourkine.

Remplacer l'Onu par l'Union européenne dans la province réduirait l'influence du Conseil de sécurité sur l'avenir du Kosovo.

Le Kosovo, dont la majorité albanophone exige l'indépendance, est administré par l'Onu depuis 1999, après une campagne militaire de l'Otan pour expulser les forces serbes réprimant les rebelles séparatistes de la province.




Loading