Connectez-vous S'inscrire

Livres

La France, tu l'aimes mais tu la quittes : l'enquête sur l'exil silencieux des Français musulmans qui fait du bruit

Reçu à Saphirnews

Rédigé par | Samedi 11 Mai 2024 à 11:00

           


L'avis de Saphirnews

Ces dernières semaines, les articles sur le départ à l’étranger de Français musulmans, lassés de « l’islamophobie d’atmosphère », foisonnent à la faveur de la parution, fin avril, du livre La France, tu l’aimes mais tu la quittes. Dirigée par les chercheurs Olivier Esteves, Alice Picard et Julien Talpin, l’enquête sur l’exil souvent contraint de la diaspora française musulmane met le doigt sur un phénomène qui est loin d'être nouveau, mais qui s’est accéléré depuis les années 2015-2016 face à l’exacerbation des stigmatisations. Il méritait bien que le monde académique se penche enfin dessus.

Sur la base d’un échantillon quantitatif d'un millier de personnes et de 139 entretiens approfondis, le livre signé à six mains revient sur les raisons qui ont poussé et poussent encore ces Français à partir et à s’installer, pour la plupart, dans une démocratie anglophone (Royaume-Uni et Canada), au Québec et aux Emirats arabes unis. Le racisme et les discriminations sont les raisons les plus fréquemment invoquées, de même que la difficulté de vivre sereinement sa religion en France.

Si l'idée de partir à l'étranger a, au moins un jour, caressé un nombre conséquent de citoyens de confession ou de culture musulmane, peu ont la possibilité de passer à l'acte en réalité selon nos observations. La grande majorité des personnes interrogées qui ont sauté le pas appartient à une élite hautement qualifiée, soulignent les auteurs. Issus de familles populaires, elles ont connu des trajectoires d'ascension sociale et ont préféré, bien qu’elles se sentent françaises, partir pour ne plus avoir à supporter les frustrations, les vexations du quotidien ou encore l’ambiance devenue à leurs yeux trop pesante, délétère, envers l’islam et les musulmans.

Le phénomène est bien difficile à quantifier mais ils sont « des milliers », selon les chercheurs, à prendre le chemin de l’exil sans envisager un retour dans le pays qui les a vus naître et grandir. C’est aussi paradoxalement à l’étranger qu’ils parviennent souvent à se réapproprier la francité qui leur a été déniée. Cette « fuite des cerveaux » d'une « élite culturelle et économique » était hier silencieuse ; elle fait aujourd'hui du bruit au travers d’un livre témoignant d'expériences multiples vécues par une population rongée par un inquiétant malaise auquel nombre de responsables politiques ne se soucient pas au mieux, l’accentuent au pire.

La France, tu l'aimes mais tu la quittes : l'enquête sur l'exil silencieux des Français musulmans qui fait du bruit

Une triste exception française à regarder en face

L’enquête pointe ainsi « une exception française » qui est « d'abord institutionnelle, politique ». « La France se singularise par sa réticence, voire son hostilité, à reconnaître la spécificité de l'islamophobie comme forme de racisme, alors mêle qu'elle abrite le plus grand groupe musulman au sein de l'Union européenne », soulignent les auteurs.

Par ailleurs, « la question de la lutte contre les discriminations raciale et religieuse est au point mort depuis plusieurs années. C'est la deuxième exception française : alors que les discriminations et actes antimusulmans y sont les plus élevés d'Europe, elle est aussi le pays où la prise en compte du phénomène par les autorités publiques est la moins volontariste, quand ce ne sont pas les organisations qui cherchent à remédier au problème qui sont elles-mêmes combattues ».

« Pour ne pas avoir à affronter la réalité de la discrimination en France, pour ne pas avoir à assumer le coût symbolique d’une prise en compte réelle des discriminations qui touchent nos concitoyens de confession musulmane, nous avons des acteurs politiques et médiatiques qui refusent de la regarder en face, comme pour se convaincre que tout va bien », explique en ce sens à Saphirnews le politologue Haoues Seniguer.

« Une troisième exception française tient à la centralité dans le débat public hexagonal de la "laïcité" comme arme discursive ciblant l'islam », écrivent les chercheurs. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si de nombreuses femmes portant le voile, lassées de l’exclusion sociale et professionnelle et du traitement politco-médiatique à leur égard ont aussi choisi de s’en aller, à la quête d'un « droit à l’indifférence » qui leur est refusé en France.

Le travail académique engagé par Olivier Esteves, Alice Picard et Julien Talpin offre un premier aperçu objectif du phénomène ; il mérite d’être davantage poussé grâce notamment à la participation d’un panel plus large et plus diversifié afin de mesurer son ampleur réel d'une part, et d'explorer les raisons profondes de l'exil d'autre part. L'enquête peut néanmoins déjà servir de ressource utile pour interpeler la classe politique sur le sujet et l'inciter à regarder en face les problèmes qu'il pose à la société toute entière.

Présentation de l'éditeur

Ils s’appellent Mourad, Samira, Karim, ou bien Sandrine et Vincent. Ils sont nés et ont grandi partout en France, la plupart sont diplômés de l’enseignement supérieur, mais ils ont décidé de s’installer à Londres, Dubaï, New York, Casablanca, Montréal ou Bruxelles... Discriminés sur le marché de l’emploi et stigmatisés pour leur religion, leurs noms ou leurs origines, ces Français de culture ou de confession musulmane trouvent à l’étranger l’ascension sociale qui leur était refusée en France. Ils y trouvent aussi le « droit à l’indifférence » qui leur permet de se sentir simplement français.

Appuyée sur un échantillon quantitatif de plus de 1000 personnes et sur 140 entretiens approfondis, cette enquête sociologique sans précédent met au jour pour la première fois un phénomène qui travaille la société française à bas bruit. En interrogeant ces élites minoritaires, elle détaille leur formation, comment elles se sentent et sont perçues comme musulmanes, les raisons de leur départ, le choix des destinations, l’expérience de l’installation et de la vie à l’étranger, le regard qu’elles portent sur la France, leurs perspectives de retour… Ce n’est pas seulement une fuite des cerveaux que l’ouvrage documente : se révèlent en creux les effets délétères de l’islamophobie qui, vus d’ailleurs, semblent bel et bien constituer une exception française.

Les auteurs

Olivier Esteves est professeur des universités (université de Lille), spécialiste du monde anglophone, de l’ethnicité et de l’immigration.

Alice Picard est enseignante agrégée de sciences économiques et sociales et chercheuse associée au laboratoire Arènes (UMR 6051).

Julien Talpin est directeur de recherche au CNRS (Ceraps, université de Lille), spécialiste du racisme et de l'engagement dans les quartiers populaires.


Olivier Esteves, Alice Picard, Julien Talpin, La France, tu l'aimes mais tu la quittes. Enquête sur la diaspora française musulmane, Seuil, avril 2024, 320 pages, 23 €


Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur


Réagissez ! A vous la parole.
Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

36.Posté par JAvel le 10/06/2024 03:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vous courez dans tous les sens comme des cafards !

35.Posté par JAvel le 10/06/2024 03:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Hanan Ben Rhouma zt ss copains du Rectorat?

34.Posté par Premier janvier le 06/06/2024 23:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
François. Il ne faut rien attendre des médias. Des Etats. Des pouvoirs.
Il n'y a pas d'opinion à avoir sur les religions ou sur l'homosexualité.
Ce sont juste vos choix de parti qui vous le sont croire.
S'ils parviennent à vous le faire croire c'est qu'ils en ont le pouvoir.
Non pas le pouvoir de les annihiler. Mais le pouvoir de vous le faire croire.

33.Posté par Buzz le 03/06/2024 06:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
B^tes employés de chaines de tv!

32.Posté par Buzz le 03/06/2024 06:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Comme les ridicules du show-bis à leur service!

31.Posté par Javel le 30/05/2024 04:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Avec vos quelques faire-valoir!

30.Posté par Javel le 30/05/2024 03:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Restez-y !

29.Posté par François CARMIGNOLA le 21/05/2024 16:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@abdoulaye vous ne répondez toujours pas, et évoquez à nouveau des principes généraux qui n'ont rien à avoir avec ce que je vous dis.

Je vous ai évoqué le sentiment d'être colonisé, supposé être accessible à des populations qui ont été colonisées elles-mêmes. Vous me répondez avec le rôle joué par des colonisés dans des guerres de libération dont on sait qu'elles furent un motif pour ces colonisés de se libérer eux-mêmes !
Un petit point d'histoire: l'Europe fut libérée des nazis d'abord par les millions de morts russes, puis par le matériel américain. La contribution française fut globalement faible et celle du quart d'entre elle issues des colonies aussi.

Je ne me répèterai pas, je me contenterai de dire qu'en parlant de "mettre tous les étrangers dehors" vous évoquez sans rien y comprendre et les discréditant des politiques nécessaires à mener pour maitriser une immigration de masse qui ressemble à une colonisation, argument que vous refusez d'envisager, de comprendre et de discuter.

28.Posté par Abdoulaye le 21/05/2024 15:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ François. Vous n’êtes pas la France et heureusement. La France, la vraie, ne juge pas ses citoyens sur leur religion, la façon dont ils s’appellent, ou comme ils s’habillent.
La France, la vraie sait que les immigrés ont largement participé aux guerres déclenchées par les nationalistes et colonisateurs dont vous êtes et qu’ils ont sauvé l’honneur et ensuite qu’ils ont largement contribué ( et encore aujourd’hui) à la reconstruction et à la richesse de la «  généreuse France » (on se demande en quoi. Mais enfin, rassurez-vous vos amis seront bientôt au pouvoir et vous pourrez plastronner et vous pousser du col en vous éloignant encore un peu plus des droits humains élémentaires ( enfin pour les musulmans, car pour les juifs leur habillement et leur kippa ne semblent pas vous poser problème).
Quant à la façon dont nous sommes perçus à l’étranger ça a l’air de vous faire rire.. Très bien continuons à décliner ainsi. Fermons notre pays à double tour et mettons tous les étrangers dehors tout en expliquant , comme vous le faites que nous ne sommes pas racistes mais que nous né supportons pas ce qui ne nous ressemble pas assez..
Ah un détail, je fais partie des français qui sont là depuis des siècles et des siècles, donc je serai encore et toujours là malgré vos futures lois hyper répressives…

27.Posté par François CARMIGNOLA le 20/05/2024 07:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@101 Je trouve que vous utilisez trop souvent le mot "racisme" à mon égard et cela m'énerve. Je me contenterais donc d'utiliser une fois le mot de "crétin" pour ce qui vous concerne et cela est sans doute de trop.
Vous m'accusez de "penser de la merde" ? Je dirais que vous, vous en dites et que vous avez tort. Calmez-vous et allez boire un coup, ça vous détendra.

26.Posté par François CARMIGNOLA le 20/05/2024 07:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@abdoulaye vous ne répondez pas à mon argument sur la "visibilité".

Alors que ni la couleur de peau ni la discrète appartenance à des pratiques religieuses ou philosophiques privées ne gêne la société française, traditionnellement tolérante et dépourvue de racisme, et même maintenant d'antisémitisme après les drames du XXème siècle, elle ne supporte pas, comme je vous le dis, la visibilité de revendications culturelles et comportementales qu'elle rejette épidermiquement.

Relisez ce que je dis. Et répondez sur les sentiments et pratiques des africains d'Afrique au sujet des européens. Vous en viendrez alors peut-être à ce qui est le sujet de cet article: la séparation pour cause de mécompréhension voire de détestation, entre des peuples qui ne veulent pas vivre ensemble.

J'aime bien votre association entre "promotion de l'homosexualité" et "répression religieuse", alors que les deux phobies "islamo" et "homo" sont dénoncées par les mêmes progressistes ! À croire que les défenseurs de l'immigration de masse ne soient pas complètement vos amis... Le fait est qu'ils furent aussi les responsables de l'affaissement économique et national d'une France excessivement généreuse, et donc endettée et appauvrie, ce qu'on méprise à l'étranger.

25.Posté par Abdoulaye le 18/05/2024 20:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Premier Janvier. Hélas, j’ai peur que vous ayez raison. Sous un vernis culturel, François se radicalise vers un racisme de plus en plus évident.
@ François. Il y a encore 20 ans je constatais lors de mes voyages combien la France était appréciée dans le monde . Nous avions nous français, une grosse côte d’amour. Aujourd’hui, on nous demande pourquoi les seuls moments où on entend parler de la France c’est pour la promotion de ll’homosexualité et la répression religieuse..
Les pays africains nous délaissent pour la Russie, les pays asiatiques nous considèrent comme des fainéants et des has been dans ts les domaines.. .Et vous continuez vos imprecations qui nous coulent dans le monde entier.

24.Posté par Premier janvier le 17/05/2024 22:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
François. Vos commentaires n'ont pas de sens.
Vos commentaires ne sont toujours que du racisme.
Ils ne sont toujours que cela.
Barbare. Arriéré. Dangereux. Ennemi.....
Toujours les même propos. Toujours le même logiciel.
Lorsque l'on a vous a lu une fois, toutes les autres fois sont les mêmes.
Vous ne dîtes toujours que dire de la merde.
Cessez de toujours vouloir la refourguer à d'autres.
Comprenez qu'elle à vous. Et rien qu'à vous.

23.Posté par François CARMIGNOLA le 17/05/2024 16:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Taco
"Les musulmans français commencent à comprendre que la France est un pays en voie dé tiers-mondisation !"
"Finalement il ne restera à la France que les merdes : dealer , trafiquants , assistés, athées , lbgtb, queer, Crifien, …"

Merci de votre franchise ! Elle décrit parfaitement ce qu'est et, bien pire, ce qu'a été l'immigration musulmane en France : l'installation vantarde pour des raisons alimentaires sur une terre qu'on méprise et aux dépens d'un peuple dont on envie les bonheurs tout en le haïssant.

Raison de plus pour arrêter les frais. C'est dans le tuyau et les politiques correspondantes seront menées en Europe dans les années qui viennent: arrêt total de l'immigration estudiantine, économique et familiale en provenance d'Afrique, et encouragement à ce que vous semblez prôner par dépit: le départ.
Quand on ne s'aime plus, on se sépare.

22.Posté par François CARMIGNOLA le 17/05/2024 15:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Anonymous L'exercice de votre liberté de retourner chez vous est hautement honorable et respectable.
Que vous puissiez en vouloir (apparemment) à la France de vous avoir persuadé que vous seriez mieux, vous et votre religion dans votre terre qui plus est terre de cette religion est par contre tout bonnement sidérant !
Merci d'avoir "pris ce qu'il y avait à prendre" (ce n'est pas à votre honneur de nous dire cela, vous pourriez y mettre des formes plus avenantes) et bon voyage !

Le ton que vous employez vous, et qui n'est pas, j'en suis certain, celui de bien d'autres, fait qu'on ne vous regrettera pas. Bon courage pour régler les problèmes de votre pays avec vos grandioses idées, soyez sûr qu'il ne nous viendra pas à l'idée de vouloir les corriger, l'idée étant plutôt de s'en débarrasser...

1 2 3
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne sont pas tolérés et seront donc supprimés. Idem pour les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article.

SOUTENEZ UNE PRESSE INDÉPENDANTE PAR UN DON DÉFISCALISÉ !