Connectez-vous S'inscrire






Société

La Cour d’assises pour les incendiaires de mosquées à Annecy

| Mercredi 6 Décembre 2006

Quatre hommes sont jugés depuis lundi 4 décembre par la Cour d’assises de Hautes Savoie pour avoir brûlé deux mosquées en mars 2004. Pour la première fois en France, quatre suspects comparaissent devant la Cour d’assises pour avoir brûler un lieu de culte, ils risquent jusqu’à 20 ans de prison pour « dégradation grave du bien d'autrui à raison de la religion par un moyen dangereux pour les personnes ».



Jeunes nazis ?

Nicolas Paz, 28 ans, videur et ancien hooligan supporter du Paris-Saint-Germain, et Michel Guégan, ancien militaire de 25 ans, surnommé « SS » par ses amis, comparaissent devant la Cour d’assises de Haute-Savoie pour l’incendie criminel de deux lieux de culte musulmans à Annecy en mars 2004. Ils ont été mis en détention provisoire depuis leur arrestation en février 2005. Ils sont accompagnés par deux autres complices qui comparaissent libre : Anthony Savino, 24 ans, caporal dans le même bataillon que Michel Guégan, et Damien Gallaud, 26 ans, chauffeur-livreur.

Tous ont donc été interpellés en février 2005 et mis en examen. C’est la première fois en France que des suspects passent devant une Cour d’assises pour « dégradation grave du bien d'autrui à raison de la religion par un moyen dangereux pour les personnes ». Ils risquent chacun jusqu'à 20 ans de prison. Trois autres personnes figurent également parmi les accusés : un collègue et deux anciennes maîtresses de Nicolas Paz. Poursuivis pour « non dénonciation », ils encourent trois ans de réclusion criminelle.

Des parcours de vie chaotiques

Les accusés avaient déclaré aux enquêteurs, lors de leur arrestation, avoir agi suite à la guerre en Irak. Malgré le caractère raciste de leur acte, ils se défendent de toute idéologie les poussant à agir ainsi. Michel Guégan est pourtant un collectionneur de croix gammées, de chants nazis, d’affiches d'Hitler et a été membre du Front national durant une année. Il se dit être fasciné par la « puissance militaire » de l'Allemagne nazie.

Militaire lui-même, il prétend s’être bien senti au sein de l’armée jusqu’à ce qu’un supérieur d’origine « musulmane et fier de ses origines », dont il était le « bouc émissaire » selon lui, fasse résilier son contrat. Cependant, au fil du procès, on apprend que cet homme de 25 ans, surnommé « SS », a un demi frère « métis », maghrébin. Il a été abandonné par sa mère très tôt et placé en famille d’accueil, puis, lorsqu’il part à la recherche de sa famille biologique, il apprend que sa mère a eu un autre enfant avec un homme maghrébin. Il ne connaît pas son père, et ne sais pas si, lui aussi, a des origines. « C’est la clé du problème », déclare-t-il.

Nicolas Paz, pour sa part, avoue « un ressentiment raciste » et dit que tout a débuté lorsqu’il a appris que sa mère avait été violée à l’âge de 12 ans en Algérie, et que la marraine de son fils « s'est fait violer par trois Maghrébins. » Issu d’une famille chaotique, dont la mère alcoolique et suicidaire a tenté de le tuer à l’age de 15 ans, il est devenu un fervent supporter du PSG, à la tribune des Kop de Boulogne. Il se dit adepte du « free fight » et des bagarres de rue.

Nicolas Paz et Michel Guégan, accompagné de leur deux complices, le caporal Anthony Savino, et Damien Gallaud, disent avoir agi pour lutter contre l’invasion de l’islam.

Les faits

C’est dans la nuit du jeudi 4 au vendredi 5 mars 2004 que les quatre hommes, divisés en deux groupes, ont incendié simultanément deux lieux de culte musulmans de la ville d’Annecy. Le feu a d’abord pris dans un lieu de culte de la communauté turque locale. La salle de prière située à Seynod, dans la banlieue d'Annecy, a été complètement détruite par les flammes.

De son côté, la mosquée maghrébine d'Annecy, dépendante de la Grande Mosquée De Paris, a été partiellement endommagée par l’incendie criminel. Le total des dommages s'est monté à 117 000 euros de réparations.

Le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, avait alors appelé « au calme et à la dignité », immédiatement soutenu, entre autres, par le Conseil représentatif des Institutions juives de France (CRIF) ainsi que le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP) et le Mouvement juif libéral.

A l’époque, le président de la République Jacques Chirac et le ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy avaient vivement condamné ces attaques. Les suspects ont pourtant échappé à la police durant 11 mois, avant d’être arrêtés le 8 février 2005.

Mise à jour : Condamnés pour les incendies de mosquées à Annecy : « C'est une décision juste »