Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

L'exécution des deux coaccusés de Saddam Hussein reportée

| Jeudi 4 Janvier 2007



L'exécution des deux coaccusés de Saddam Hussein, prévue jeudi, a été reportée au "début de la semaine prochaine", qui débute dimanche, a fait savoir un responsable du gouvernement irakien sous couvert de l'anonymat.

Barzan Ibrahim, demi-frère de Saddam Hussein et ancien chef des services de renseignement irakiens, et Aouad Hamed al-Bandar, ex-président du Tribunal révolutionnaire, devaient initialement être exécutés le même jour que le raïs déchu. Tous trois avaient été condamnés à mort pour le massacre de 148 villageois chiites à Doujaïl en 1982.

La pendaison des deux coaccusés de Saddam Hussein avait cependant été reportée après les célébrations de l'Aïd al-Adha (Aïd el-Kébir), qui ont pris fin mercredi pour la majorité chiite irakienne.

Sans confirmer le report de ces exécutions, le général William Caldwell, porte-parole de l'armée américaine, s'est borné à rappeler qu'elles étaient de la seule responsabilité du gouvernement de Nouri al-Maliki. "C'est une nation souveraine. C'est leur système. Ce sont eux qui prennent ce type de décisions."

Al-Arabiya et Al-Furat TV, la chaîne du parti chiite Dawa, avaient toutes deux annoncé ces exécutions pour jeudi. Toutefois, Mariam al-Rays, une conseillère de M. Al-Maliki, a affirmé que ces informations étaient "sans fondement".

Le vraisemblable report de ces pendaisons pourrait faire suite aux pressions internationales exercées sur les autorités irakiennes. Louise Harbour, haut commissaire des Nations unies aux droits de l'homme, avait ainsi appelé mercredi le président irakien Jalal Talabani à ne pas exécuter les deux coaccusés de Saddam Hussein.

Un appel auquel s'est joint le nouveau secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon.

Selon sa porte-parole Michele Contas, M. Ban "soutient totalement l'appel lancé aujourd'hui par Louise Arbour au gouvernement irakien pour qu'il s'abstienne d'exécuter les condamnations à mort" prononcées contre les deux hommes.




Loading