Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

L'ambassadeur américain menacé d'expulsion

| Vendredi 26 Janvier 2007



Jeudi, Hugo Chavez a averti l'ambassadeur des Etats-Unis au Venezuela qu'il pourrait être expulsé pour avoir exigé que les sociétés et investisseurs américains reçoivent un prix équitable pour leurs actions en cas de nationalisation de la principale compagnie téléphonique du pays.

"Si vous continuez à vous mêler des affaires du Venezuela, premièrement vous violez les Conventions de Genève, vous vous impliquez dans des violations graves, et vous pourriez être déclaré persona non grata et avoir à quitter le pays", a déclaré le président vénézuélien en réponse aux propos de l'ambassadeur américain William Brownfield.

Plus tôt dans la journée, celui-ci avait déclaré que la nationalisation de CA Nacional de Telefonos (CANTV, la principale société du téléphone vénézuélienne) devait se faire "dans la transparence et de manière légale". Il avait estimé que le gouvernement de Hugo Chavez devait garantir "une compensation juste et rapide aux personnes concernées ou aux propriétaires".

"Ce sont là les premières obligations d'un gouvernement lorsqu'il a décidé de nationaliser une industrie", avait-il affirmé.

La compagnie américaine Verizon Communications détient la plus importante part minoritaire de CANTV, qui a été privatisée en 1991. La nationalisation de CANTV met en péril le projet de Verizon de vendre ses parts (28,5%) à une "joint venture" entre America Movil et Telefonos de Mexico.

La vente doit encore obtenir le feu vert des autorités de régulation vénézuéliennes.

Engagé dans la création d'une "république socialiste", Hugo Chavez a annoncé qu'il souhaitait la nationalisation immédiate de CANTV et qu'il n'entendait pas racheter les actions au prix du marché.




Loading